Roland-Garros

14e sacre parisien pour un Rafael Nadal magistral !

ATS

5.6.2022

Rafael Nadal (no 5) l'a fait! L'Espagnol a cueilli deux jours après son 36e anniversaire son 14e titre à Roland-Garros, le 22e en Grand Chelem, en battant aisément Casper Ruud (no 8) 6-3 6-3 6-0 en finale. Il affiche ainsi désormais deux titres majeurs de plus à son palmarès que Roger Federer et Novak Djokovic.

ATS

5.6.2022

L'exploit dépasse l'entendement. Même si Rafael Nadal avait déjà démontré qu'il était toujours capable de renverser des montagnes en début d'année à Melbourne, où il avait conquis son deuxième Open d'Australie alors qu'il avait été éloigné des courts depuis la mi-août 2021, ce 14e sacre parisien est quasiment irréel.

D'une part, le gaucher de Manacor a également dû se contenter d'une préparation minimale sur terre battue. Victime d'une fracture aux côtes en mars à Indian Wells, il avait en effet souffert de sa blessure chronique au pied gauche mi-mai à Rome, où il jouait simplement son deuxième tournoi de la saison sur l'ocre.

D'autre part, son 14e triomphe Porte d'Auteuil - qui intervient huit jours après le 14e titre en Ligue des champions du Real Madrid, son club de coeur - rend quasiment anachronique la marque de l'ex-no 1 mondial Pete Sampras. L'Américain, recordman du nombre de titres majeurs jusqu'en 2009, en avait en effet remporté 14 au total!

Alors bien sûr, Rafael Nadal est comme un poisson dans l'eau à Roland-Garros. Favori à vie d'un tournoi dans lequel il a remporté 112 des 115 matches qu'il a disputés, il l'aborde de toute manière en confiance, même avec une préparation réduite. Mais sa résilience et sa résistance imposent le respect.

Ruud n'avait pas les armes

Impressionnant en quart de finale face au no 1 mondial Novak Djokovic, Rafael Nadal fut loin d'évoluer à son meilleur niveau tant face à Alexander Zverev, lequel aurait pu mener deux sets à zéro avant de devoir abandonner, que face à Casper Ruud, qui a payé cher son manque de relâchement. Mais il a su se faire violence.

Lui aussi nerveux à l'entame de cette finale, Rafael Nadal n'a que très rarement fait vibrer le public grâce à des coups brillants. Seulement, Casper Ruud n'a(vait) pas les armes pour gêner véritablement son idole. Limité sur son côté revers, le Norvégien a qui plus est commis trop de fautes pour espérer mieux.

Un break de retard au 2e set

Casper Ruud a pourtant eu sa chance, dans un deuxième set que Rafael Nadal a entamé de manière timorée. Le double vainqueur du Geneva Open a ainsi logiquement mené 3-1 service à suivre. Mais il n'est pas parvenu à confirmer ce break. Pire, il a concédé ses trois jeux de service suivants pour offrir le deuxième set à son adversaire.

Avec deux sets d'avance, Rafael Nadal pouvait voir venir. Plus serein, le Majorquin s'est rapidement mis à l'abri dans la troisième manche en signant un premier break dès le deuxième jeu grâce à un coup droit enfin percutant. Il s'est dès lors envolé vers la victoire, acquise après 2h18' de jeu sur un revers gagnant.

«Je vais continuer à me battre»

Avec désormais 22 trophées majeurs à son palmarès, Rafael Nadal a pris ses distances avec ses éternels rivaux. Novak Djokovic partira favori à Wimbledon, mais il pourrait bien ne pas être autorisé à disputer l'US Open en raison de son statut vaccinal. Roger Federer est quant à lui toujours dans l'expectative concernant son retour.

Rafael Nadal pourrait quant à lui faire l'impasse sur Wimbledon afin d'offrir à son pied gauche meurtri le repos dont il a besoin. Mais pas question de retraite, contrairement à ce que certains ont pu imaginer en raison des propos plutôt pessimistes tenus par le Majorquin concernant son pied gauche.

Rafa a confié dans une interview diffusée sur France TV juste avant la finale que si ça ne tenait qu'à lui, il reviendrait chaque année à Paris pour y disputer son tournoi favori. Et qu'il espérait bien pouvoir y défendre son titre au printemps prochain, alors qu'il fêtera son 37e anniversaire durant la quinzaine.

«Je ne sais pas ce qui arrivera dans le futur. Mais je vais continuer à me battre pour poursuivre ma carrière», a-t-il d'ailleurs lâché sur le court. «C'est très difficile de décrire mes émotions. Je n'aurais jamais imaginé pouvoir toujours être compétitif à 36 ans. Ca a demandé tant d'énergie», avait-il souligné.

Rafael Nadal a ensuite confié sur France TV qu'il avait vécu son pire moment de la quinzaine à l'occasion de son 2e tour face au Français Corentin Moutet. Incapable de marcher après ce match, il s'est fait endormir le pied gauche afin de poursuivre ce tournoi. Il va tenter un nouveau traitement la semaine prochaine...