Coupe Davis : des perspectives enfin réjouissantes pour l'équipe de Suisse

gma, ats

19.9.2021 - 09:28

gma, ats

19.9.2021 - 09:28

Mission aisément accomplie pour l'équipe de Suisse de Coupe Davis. La formation du capitaine Severin Lüthi a logiquement battu l'Estonie 5-0 vendredi et samedi à Bienne pour gagner le droit de disputer les barrages du groupe mondial I au printemps prochain.

Dominic Stricker a impressionné dans les rangs suisses.
Keystone

La logique a ainsi été pleinement respectée, la Suisse ne concédant pas le moindre set à une équipe estonienne dont le meilleur joueur – Vladimir Ivanov – pointe au-delà de la 700e place du classement ATP. Mais ce succès, le premier depuis l'automne 2017 pour la Suisse, n'en demeure pas moins réjouissant.

Stricker répond présent

Severin Lüthi peut, surtout, se féliciter de la maîtrise affichée par le «rookie» Dominic Stricker (ATP 287), qui a apporté deux des trois points nécessaires. «Il a résisté avec brio à la pression», a ainsi relevé le capitaine, qui avait décidé d'aligner le Bernois en simple à la place de Marc-Andrea Hüsler (ATP 160).

Champion juniors en 2020 à Roland-Garros, quart de finaliste de ses deux premiers tournois ATP ce printemps (Genève et Stuttgart), Dominic Stricker était nerveux vendredi à l'heure d'affronter Vladimir Ivanov dans le match d'ouverture. La pression aurait sans doute été moindre s'il avait fait figure d'outsider.



Mais le gaucher bernois de 19 ans n'a pas failli, s'imposant 6-3 6-4 pour placer son équipe sur les bons rails. Il a aussi parfaitement tenu son rang samedi en double au côté de Marc-Andrea Hüsler, les vainqueurs du dernier tournoi de Gstaad apportant le point de la victoire en battant Vladimir Ivanov/Mattias Siimar 6-4 7-6 (7/4).

Pas toujours sous son meilleur jour en Coupe Davis, notamment lorsqu'il s'agit d'affronter des seconds couteaux, Henri Laaksonen (ATP 119) a également répondu présent. Le récent 16e de finaliste de l'US Open a inscrit le deuxième point helvétique vendredi, et n'a pas «sabordé» sa rencontre sans enjeu face à Daniil Glinka samedi.

La route est longue

Pour la première fois depuis le sacre de 2014, Severin Lüthi peut donc envisager l'avenir de cette équipe avec un certain optimiste. Henri Laaksonen (29 ans), qui semble avoir franchi un cap cette saison avec ses deux 16es de finale de Grand Chelem (Roland-Garros et New York), a encore quelques belles années devant lui.

Et le Schaffhousois ne doit plus se sentir seul. Dominic Stricker possède un immense potentiel, qu'il commence tout juste à exploiter. Leandro Riedi (19 ans/ATP 763) et Jérôme Kym (18 ans/ATP 1113) ont eux aussi les moyens de percer au plus haut niveau. Et Marc-Andrea Hüsler (25 ans) peut devenir indispensable en double.

Cette équipe de Suisse «new look» peut afficher certaines ambitions. Mais la route du retour dans l'élite est encore longue: un succès dans son prochain play-off, face à un adversaire sans doute mieux coté que l'Estonie qui sera connu jeudi, lui offrirait un ticket pour les qualifications à la finale de la Coupe Davis... 2023.




gma, ats