"Je pourrais presque en vouloir à Federer"

Chris Geiger

23.7.2019

L'ancien numéro 3 mondial, Nikolay Davydenko, est revenu lors d'une interview accordée à Sport-Express sur sa relation avec Roger Federer. Le Russe a reconnu la supériorité sans partage du Bâlois, le qualifiant même d'imbattable en 2006. 

Nikolay Davydenko: "Toute ma carrière a été arrêtée par Roger Federer."
Keystone

Roger Federer est et a été incontestablement la bête noire de nombreux joueurs, notamment entre 2003 et 2008, lorsqu'il dominait sans partage la planète tennis.

L'une de ses victimes favorites de l'époque, le Russe Nikolay Davydenko (19-2 pour le Bâlois dans les face-à-face), est d'ailleurs récemment revenu sur sa relation particulière avec le Maître lors d'un entretien accordé à Sport-Express. L'ancien numéro 3 mondial estime qu'en l'absence du Maestro son palmarès (21 titres tout de même) aurait été davantage fourni.  

"Je ne regrette rien parce que j'ai joué à mon plus haut niveau. Toute ma carrière a été arrêtée par Roger Federer, il est le seul à m'avoir battu encore et encore dans tous les grands tournois, en quarts de finale et en demi-finales. C'était son heure, il y avait des moments où il était tout simplement invincible, impossible à battre, je pourrais presque lui en vouloir (rires). Ce que je ne sais pas, c'est comment il fait à 38 ans pour continuer à maintenir cette concentration. Il développe un tennis rapide, léger et tranchant, essayant toujours de gagner en trois sets. Mais si le jeu dure cinq sets, son corps commence à se dégrader, surtout quand il joue contre Nadal ou Djokovic."

La dernière finale de Wimbledon - perdue au bout du suspense face au numéro 1 mondial serbe - vient toutefois contredire les propos de Davydenko sur la capacité de Federer à tenir sur la longeur face à ses deux meilleurs ennemis sur le circuit ATP. Un match qui s'ajoute encore à la légende du Suisse.

Retour à la page d'accueilRetour au sport