Coupe Davis

Lüthi: "Il faut donner sa chance à la nouvelle Coupe Davis"

11.9.2018

La Coupe Davis vit sa dernière saison sous son format historique. Les rencontres se disputeront sur deux jours au lieu de trois dès l'an prochain, et les matches se joueront au meilleur des trois sets (best of 5 actuellement). 

"Il faut donner sa chance à la nouvelle Coupe Davis", lâche le capitaine helvétique Severin Lüthi. "Je suis un traditionaliste. Je suis donc plutôt triste, car j'ai tellement adoré cette épreuve", souligne d'entrée de jeu le Bernois, qui a vécu des moments inoubliables dans cette compétition avec le sacre de Roger Federer, Stan Wawrinka, Marco Chiudinelli et Michael Lammer le 23 novembre 2014 à Lille.

"La Fédération internationale était vraiment sous pression, elle devait absolument changer quelque chose. Et je dois dire que je n'avais pas non plus trouvé la solution idéale pour réformer cette compétition", explique le coach de Roger Federer.

"Il est impossible de dire ce que cela va donner. Je ne lis pas l'avenir. Mais il faut laisser sa chance à cette nouvelle épreuve", répète Severin Lüthi, qui ne sait évidemment pas non plus de quels joueurs il disposerait en cas de participation au 1er tour de l'édition 2019.

Des dates toujours problématiques

"Je ne sais pas si cela changera grand-chose pour Roger (Federer) et pour Stan (Wawrinka), tout du moins en ce qui concerne le 1er tour", poursuit-il. "Même si l'avantage de la nouvelle formule est qu'il n'y a plus qu'une rencontre à gagner pour disputer la finale", à laquelle 18 équipes prendront part.

Le 1er tour est en effet prévu début février, vraisemblablement le vendredi 1er et le samedi 2, soit le week-end suivant la fin de l'Open d'Australie. Et les barrages seront probablement à nouveau organisés dans la foulée de l'US Open (les 13/14 ou 14/15 septembre).

Quant à la finale, elle est prévue pour l'instant du 18 au 24 novembre (sans doute à Lille ou à Madrid). Mais la société Kosmos de Gerard Piqué, qui est chargée du développement de l'épreuve, envisage désormais d'organiser cette phase finale en septembre. Un mois déjà bien chargé en 2019, avec également la Laver Cup chère à Roger Federer qui est prévue du 20 au 22 septembre à Genève...

La Coupe Davis continuera donc de constituer un casse-tête pour les joueurs en ce qui concerne leur planification. Et ses dates ne sont d'ailleurs même pas le seul point d'interrogation pour 2019: la Suisse semble assurée de participer au 1er tour de l'édition 2019, même en cas de défaite face à la Suède, mais la Fédération internationale (ITF) n'a pas souhaité le confirmer officiellement.

"Je n'ai pas fait mes propres calculs", souligne Severin Lüthi. "Tout le monde a un avis différent à ce sujet, et je ne me suis pas occupé de cela. De toute façon, nous avons la même envie de gagner qu'avant nos rencontres précédentes", assure le Bernois, dont l'équipe sera en tout cas assurée de faire partie des 24 formations engagées au 1er tour si elle bat la Suède.

Bellier: "Ca fait bizarre"

Héros du barrage remporté en 2016 en Ouzbékistan, Antoine Bellier (ATP 905) préfère lui aussi ne pas trop penser à l'avenir de cette épreuve. "Ca fait bizarre de se dire que c'est le dernier match que nous disputons avec ce format. Mais je n'ai pas trop réfléchi à la réforme. Je vais profiter à fond de ce week-end, d'autant plus que nous jouons à domicile", glisse le Genevois, qui se bat pour la place de no 2 en simple.

Pince-sans-rire, Henri Laaksonen (ATP 120) se veut plus pragmatique concernant cette réforme: "Les matches se joueront au meilleur des trois sets? Ils seront plus courts", souligne le no 1 de cette équipe de Suisse. "Et nous bénéficierons toujours du soutien de nos supporters lorsque nous évoluerons à la maison..."

Retour à la page d'accueil