«Bon App»: ça chauffe en cuisine sur la RTS!

Elvire Küenzi

21.9.2018

Depuis l’époque d’«Un dîner presque parfait», je suis fan des émissions de cuisine. Peut-être parce que je suis une quiche avec une casserole? De «Top Chef» à «La meilleure boulangerie de France» en passant par «Le Meilleur Pâtissier», je les regarde toutes!

Alors, quand la RTS applique la recette pour que la sauce prenne, on se presse (comme un citron) pour se faire une idée de «Bon App». Aux manettes avec une pincée de sourire et un zeste de bonne humeur, on retrouve Laure Brender. La pétillante blonde anime ainsi sa première émission TV après avoir fait ses armes à la radio chez Framboise pendant dix ans.

Après trois émissions, que peut-on retenir comme points positifs et négatifs? On vous dit tout!

Les plus:

Laure Brender: sa fraîcheur et sa bonne humeur nous scotchent à l’écran. La jeune femme rayonne et possède une présence lumineuse et rafraichissante qui fait un bien fou au paysage audiovisuel romand. La TV lui va tellement bien que je me demande pourquoi elle n’a pas franchi le pas plus tôt.

Les chefs: aux fourneaux, deux chefs fribourgeois Ben et Léo, guident les participants et cuisinent les recettes. Les deux meilleurs potes forment une belle équipe. Ces deux mecs dynamiques ont un déjà un très joli parcours malgré leur jeune âge (28 et 26 ans): ils gèrent actuellement trois restaurants dans la région fribourgeoise et ont participé au concours «Masterchef»!

Une thématique: chaque épisode est concocté suivant un sujet particulier. Pour les premières émissions, nous avons eu droit à «Pour une fin d’été savoureuse» et au «Tessin». Utilisation des produits locaux, recettes faciles à réaliser, accords avec des vins adaptés, le programme nous ouvre l’esprit et titille nos papilles. Miam, ça donne envie!

Les moins:

Un peu long: je trouve que cette émission et les protagonistes sont pleins de bonne volonté et c’est un point qui se ressent. Malgré tout, j’ai trouvé qu’il y avait parfois quelques longueurs et un manque de rythme.

Des candidats qu’on ne connaît pas: si on ne les connaît pas, on ne s’y attache pas. Cela pourrait être intéressant de les présenter en quelques minutes. Cela apporterait également une petite pincée d’enjeu supplémentaire. Dans un jeu, on aime encourager nos chouchous et les voir gagner ensuite.

Les émissions françaises l’ont bien compris et abusent des présentations des participants en les diffusant à chaque émission (c’est le cas du «Meilleur pâtissier» par exemple). Je suis consciente que cela représente une énorme charge de travail pour une production mais on sous-estime l’importance du capital sympathie des candidats.

Pas très clair: entre les allers et retours en cuisine et en plateau, la présentation des recettes par les deux chefs et celle des vins par Gilles Besse, on s’y perd un peu. D’autant plus qu’il y a trois équipes composées par deux personnes à chaque fois. Beaucoup de choses se passent mais on a parfois du mal à suivre tout ce petit monde.

Pour vous mettre en appétit, n’hésitez pas à regarder «Bon App» le samedi à 18h25 sur RTS1! Avec Swisscom TV Air, vous profitez gratuitement de Swisscom TV sur votre ordinateur, votre tablette et votre Smartphone. Ainsi, vous pouvez regarder Swisscom TV, vos enregistrements inclus, où que vous soyez.

«Meilleur pâtissier»: les candidats les plus craquants

Rédactrice pour différents journaux suisses, blogueuse et passionnée des mots, Elvire Küenzi adore les séries (elle est tombée dans le chaudron magique en regardant Sex and the City et n'en est jamais ressortie)! Elle écrit aussi des romans girly en mangeant des marshmallows et en sirotant des cocktails (avec modération, bien sûr).
Retour à la page d'accueil