Demi Lovato : fière d'être toujours au sommet malgré ses détracteurs

CoverMedia

3.5.2020 - 09:34

Demi Lovato performing at the SSE Hydro in Glasgow, United Kingdom Featuring: Demi Lovato Where: Glasgow, Scotland, United Kingdom When: 13 Jun 2018 Credit: Peter Kaminski/WENN.com
Source: Peter Kaminski/WENN.com

Demi Lovato se sent moins affectée par les critiques maintenant que ses détracteurs ont essayé plusieurs fois de mettre fin à sa carrière. Elle s'est confiée dans le podcast de Jameela Jamill, I Weigh.

Demi Lovato a dénoncé « la cancel culture », qui consiste à tenter de détruire la carrière d'une star sur les réseaux sociaux, lors d'une nouvelle interview avec l'actrice britannique Jameela Jamil. Elle a affirmé que l'idée de mettre des campagnes de critiques en ligne pour encourager le public à se détourner d'une célébrité est inefficace.

La chanteuse de Confident est apparue aux côtés de la star de The Good Place lors d'un nouvel épisode de son podcast I Weigh, et a déclaré qu'elle avait connu suffisamment de troubles dans sa vie pour pouvoir ignorer la haine dont elle fait l'objet sur les réseaux sociaux.

« On a essayé de mettre fin à ma carrière tant de fois que j'en ai perdu le compte... le hashtag #DemiIsOverParty, tout ça, a-t-elle déclaré, faisant référence à la dernière campagne de critiques à son encontre, et ajoutant que la pratique ne la « touchait même plus ».

« Premièrement, ça me marche pas, a-t-elle ajouté. Je ne pense pas que quiconque ait vu sa carrière officiellement détruite, sinon certaines personnes n'auraient pas de Grammy, n'auraient pas d'Oscars... certaines personnes ne seraient pas là où elles en sont. »

La star américaine a ensuite posé la question : « Où est la culture du pardon ? Pour certaines personnes, si elles ont épuisé leurs deuxième et troisième chances sur un sujet, elles sont finies et devraient le rester. Mais si vous faites une erreur, que vous vous excusez et que vous vous présentez en disant : " j'en ai tiré une leçon ", alors laissez tout cela être un exemple pour les autres afin qu'ils puissent changer aussi, a-t-elle jugé. La '' cancel culture '' ne fonctionnera que si les gens ont de la pitié. (...) Je pense que si quelqu'un refuse d'apprendre, persuadé qu'il ne peut faire de mal à personne ou qu'il n'en sera pas tenu responsable, alors oui... allez-y et oubliez-le. »

Retour à la page d'accueil

CoverMedia