People

Edie campbell apporte son témoignage conte les abus dans la mode

CoverMedia

9.11.2017 - 11:35

The Serpentine Gallery Summer Party held at the Serpentine Gallery - Arrivals Featuring: Edie Campbell Where: London, United Kingdom When: 28 Jun 2017 Credit: Mario Mitsis/WENN.com
Covermedia

Edie Campbell a publié un message à WWD à la suite des allégations de harcèlements et agressions sexuelles qui touchent le monde du showbiz et de la mode. Des grands noms d’Hollywood, Harvey Weinstein, James Toback et Kevin Spacey, ont été accusés d’abus par de nombreuses personnes, tandis que dans la mode, le photographe aux clichés sexuellement provocateurs, Terry Richardson, a été abandonné par bon nombre de marques de mode et médias. À présent, de nombreux mannequins haussent la voix face aux harcèlements qui ont lieu dans l’industrie.

Edie Campbell s’est exprimée à propos de son soutien à la mission de Cameron Russell pour sensibiliser sur le problème, et vient maintenant de partager ses propres sentiments sur le sujet. « Pourquoi est-ce que je me sens obligée d’écrire cela ? Parce que nous sommes arrivés à un tournant, a-t-elle commencé dans sa longue publication. Ce pourrait être le moment où tout le monde dans l’industrie de la mode fait le point sur la situation, et la culture qui opère à l’intérieur et qui se perpétue. Ce pourrait être le moment d’être honnête à propos de ce comportement que nous sanctionnons, une pause, ou un moment d’introspection. »

Edie Campbell a défilé pour des maisons de luxe telles que Chanel, Calvin Klein et Yves Saint Laurent et a posé pour Burberry, Lanvin, ou encore Hugo Boss. En tant que mannequin, Edie Campbell veut empêcher que les mêmes erreurs se répètent et affirme que le problème va plus loin que Terry Richardson. Les mannequins hommes étant abusés sexuellement également. « L’abus dont les jeunes hommes souffrent est plus complexe, a-t-elle écrit. Je suppose que c’est plus difficile pour les victimes de parler : le langage n’existe pas et la conversation est actuellement lourdement portée sur le soutien des jeunes femmes victimes. Le sentiment de honte est probablement plus grand car il y a une marque d’infamie impliquée. L’abus peut être perçu comme castrateur, et puis il y a le sujet délicat de l’homophobie. »

En ajoutant qu’elle n’a jamais fait face au harcèlement en ce qui la concerne, Edie Campbell, 27 ans, a ajouté qu’il était temps que tout le monde s’occupe de la face cachée de l’industrie. « Nous avons un problème : nous opérons à l’intérieur d’une culture qui accepte trop l’abus, dans toutes ses manifestations. Cela peut être l’humiliation rituelle des mannequins, le rabaissement des assistants et les jeux de pouvoir. Il faut voir cela simplement comme une partie du travail », a-t-elle suggéré.

Edie Campbell continue d’implorer les agents à être plus responsables et ajoute qu’il est temps pour tout le monde « d’examiner le comportement que nous avons normalisé ».

Retour à la page d'accueil

CoverMedia