Actu people

Laeticia Hallyday va-t-elle vraiment profiter des ventes de l’album posthume de Johnny?

CoverMedia

25.10.2018 - 10:21

Laeticia Hallyday
Source: Covermedia

Les chiffres de vente de l’album posthume de Johnny Hallyday, «Mon pays c’est l’amour», sont faramineux et certains accusent la veuve du chanteur de se faire de l’argent sur son dos. Pourtant, d’après «Le Point», elle ne devrait pas en sortir si enrichie que ça.

La question de l’argent est décidément celle qui revient le plus souvent sur le tapis quand on parle de Johnny Hallyday – que ce soit de son vivant à cause de ses dettes légendaires, ou bien après sa mort suite aux difficultés rencontrées par sa succession. Certains fans refusent d’acheter l’album posthume du chanteur, «Mon pays c’est l’amour», sous prétexte qu’ils ne veulent pas donner leur argent à la veuve de leur idole. D’autres assurent qu’elle va toucher énormément puisque le Taulier en a fait sa seule bénéficiaire.

Johnny Hallyday:

Comme le note Fabien Lecoeuvre, interviewé par «Le Point», ce n’est pas faux mais c’est plus compliqué que ça. «Pour un disque de Johnny, les droits se répartissent ainsi. 25% de la vente vont à l’interprète, puis les 75% restant sont répartis entre le producteur – en l’occurrence Warner Music – ainsi que l’auteur et le compositeur, tous deux à hauteur de 25% des 75% restant. Il faut également payer la fabrication, la commission des magasins, etc.»

Sachant que plus de 600.000 exemplaires ont déjà été vendus et que le chiffre pourrait dépasser le million et demi d’albums écoulés d’ici la fin de l’année, c’est en effet une manne confortable à laquelle pourra prétendre Laeticia Hallyday, soit plus de 6 millions d’euros. Néanmoins, comme le rappelle «Le Point», Johnny Hallyday n’avait, semble-t-il, toujours pas réglé sa situation de son vivant avec le fisc français, qui lui réclamerait 11 millions d’euros. Cela s’ajoutant à la succession – et donc aux droits à régler – auxquels elle va devoir se plier en ce qui concerne les biens présents sur le sol français.

En ce qui concerne le trust monté aux Etats-Unis et qui fait débat auprès des différents héritiers de l’artiste, il n’entre pour l’instant pas dans les affaires françaises de la famille Hallyday.

Laeticia Hallyday:

Retour à la page d'accueil

CoverMedia