Lena Dunham envisage d'avoir un enfant par mère porteuse

CoverMedia

20.3.2018 - 16:07

Source: Covermedia

Lenha Dunham prend le temps de se remettre de son hystérectomie avant d’avoir recours à une mère porteuse pour avoir un enfant. L’actrice a révélé à CNN qu’elle préfère être en bonne santé pour le grand jour.

Le mois dernier (février 18), Lena Dunham a révélé, dans un essai pour la version américaine de Vogue, sa décision douloureuse de se faire retirer l’utérus. Elle a subi une hystérectomie souffrant d’endométriose, une maladie qui cause des douleurs intenses et mène à l'infertilité, depuis près de deux décennies.

Dans son essai pour Vogue, elle a confessé son désir de devenir mère, malgré son incapacité de porter un enfant désormais - mais dans une interview accordée à CNN, elle a expliqué avoir l’intention d’attendre d’être suffisamment en bonne santé pour s’occuper d’un bébé. « Je suis encore en rémission et mon opération était il y a quatre mois, a-t-elle confié. Je me concentre vraiment sur ma guérison. Je pense que pour devenir parent, il faut se sentir bien dans son corps, être compréhensif, et avoir l’assurance que l’on ne va pas échouer. Donc, je prends du temps pour être bien dans mon corps. Certaines femmes n’ont pas la possibilité de prendre ce temps. »

La créatrice de Girls n’a pas abandonné l'idée de devenir mère, mais elle réalise que ce sera un processus plus complexe suite à son hystérectomie. Elle a ajouté : « Il s’agirait de recevoir un don d'ovocytes et les inséminer dans une mère porteuse - c'est ce que je devrais faire si la situation se présente, en trouvant quelle donneuse (d'ovocytes) et une mère porteuse pour mener la grossesse à terme. » Dans son essai pour Vogue, Lena Dunham a aussi fait part de son intérêt pour l’adoption et a écrit que quand elle était jeune, elle « n’avait aucun doute sur le fait d’avoir des enfants ».

L’actrice, qui s’est séparée de son compagnon, Jack Antonoff, en janvier (18) après cinq ans de relation, a également confié à CNN que même si elle a des hauts et des bas, sa famille, ses amis et ses collègues l’ont aidée à récupérer depuis son opération. « J’ai bien sûr des hauts et des bas. Je suis tellement chanceuse d’avoir un travail que j’aime et une incroyable communauté d’amis et ma famille », a-t-elle ajouté.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia