Pink : « Vous devriez être en colère que j'aie pu être testée et vous non »

CoverMedia

10.4.2020 - 10:05

05 July 2019, North Rhine-Westphalia, Cologne: The US-American pop rock singer Pink is on stage at a concert in the RheinEnergieStadion. Pink will be seen at six more concerts in Germany. Photo: Henning Kaiser/dpa - ATTENTION: Only for editorial use in connection with the current reporting and only with complete mention of the above credit Where: Cologne, North Rhine-Westphalia, Germany When: 05 Jul 2019 Credit: Henning Kaiser/picture-alliance/Cover Images
Source: Henning Kaiser/picture-alliance/

Pink a eu la possibilité de se faire tester pour le coronavirus, contrairement à la majorité de la population mondiale. Comme elle l'a expliqué à Ellen DeGeneres, ces tests étant rares, les gens ont le droit d'être énervés qu'elle ait pu en avoir un.

Pink peut comprendre pourquoi les gens sont énervés qu'elle aie pu être testée pour le coronavirus, alors que de très nombreux Américains ne peuvent pas savoir s'ils ont été infectés ou non.

La chanteuse et son fils, Jameson, se remettent à présent de la maladie, après avoir été infectés mi-mars. Elle avait expliqué au début du mois d'avril qu'elle avait pu être testée, ce qui avait enragé fans et critiques, qui n'ont pas accès à ces kits, qui offrent aussi un traitement dont ils ont besoin. Une colère comprise par l'artiste, quoiqu'elle ne permette pas de régler les problèmes.

« Nous avons pu avoir un test, alors j'ai pris le risque et me suis testée. C'est revenu une semaine plus tard, positif, a-t-elle expliqué lors du Ellen DeGeneres Show. Je savais ce que ça allait dire. Je pense qu'il est important de tester. C'est une véritable controverse pour les gens que j'aie pu obtenir un test. Vous devriez être en colère que j'aie pu être testée et vous non, mais être en colère contre moi ne servira à rien. Ça ne changera rien au problème, qui est que vous ne pouvez pas trouver de test. Nous devrions travailler main dans la main et essayer de changer cela. Quiconque avec un enfant de trois ans pouvant obtenir un test le ferait. Et si vous me dites le contraire, vous mentez. Ce système de santé est malhonnête. »

Elle a ensuite assuré à son amie Ellen DeGeneres qu'elle et son fils allaient beaucoup mieux, mais que les choses ont été effrayantes pendant un moment. « Il a commencé à avoir de la fièvre le 14 mars, et des douleurs intestinales, de la diarrhée, des douleurs à la poitrine, puis une migraine, la gorge irritée, et c'était l'enfer, chaque jour apportait un nouveau symptôme. Puis le fièvre est restée, et elle montait, montait, montait et à un moment il était à 39,4° j'ai appelé mon médecin. On ne peut donner qu'une certaine dose d'antidouleurs à un enfant », ajoute-t-elle.

Cependant, le médecin lui a expliqué qu'à moins qu'il n'ait des problèmes respiratoires, il n'y avait rien à faire. « C'était terrifiant, puis je suis tombée malade le 16 mars. Je me suis réveillée en pleine nuit et je ne pouvais plus respirer. Là j'ai eu vraiment peur. Genre ''voilà, c'est le châtiment pour tous les trucs dingues que j'ai fait. C'est ça, c'est la fin'' », poursuit-elle avant de conclure qu'il s'agissait de la chose « la plus effrayante » qu'elle a subi de toute sa vie.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia