Sandrine, Cynthia, Romain et Davy: qui sont les enfants de Michel Sardou?

AllTheContent

8.3.2019 - 13:31

Michel Sardou lors de la remise de sa légion d'honneur entouré d'Anne-Marie Perier, et de ses enfants Cynthia, Romain et Davy.
Twitter @Rashtag

Michel Sardou, c’est cinquante ans de carrière, des centaines de concerts, des dizaines d’albums… Une vie de chanteur prolifique, mais aussi une destinée à rebondissements, fait de trois mariages successifs, dont il a eu quatre enfants, deux filles et deux garçons.

Si l’on connaît bien ce monstre sacré de la chanson française, qui a mis en 2017 un terme à sa carrière, sa progéniture, elle, se tient plus à l’écart du show-business. Qui sont Sandrine, Cynthia, Romain et Davy, les enfants du clan Sardou? Et quelles relations entretiennent-ils avec leur père?

Des mariages successifs et des naissances quasi-simultanées

Agé de 72 ans, Michel Sardou a eu plusieurs vies. A peine majeur, il épouse Françoise Pettré, une danseuse qui donne naissance à ses deux premiers deux enfants, deux filles: Sandrine, en 1970, puis Cynthia en 1973.

Pourtant, seulement un mois après la naissance de Cynthia, vient au monde son fils Romain, enfant d’une autre femme, sa maîtresse d’alors, Elizabeth Haas. Comme le rapporte «Gala», le chanteur doit alors faire face à ces deux naissances quasi-simultanées, et se sépare donc de sa première femme – avec qui il était resté marié une décennie – et se met en couple avec «Babette» Haas, qu’il épouse à son tour en 1977. Un an plus tard, de cette seconde union, naît enfin son dernier fils, Davy. Mais ce mariage dure 22 ans, jusqu’en 1999, date à laquelle il convole avec une troisième et ultime épouse, Anne-Marie Périer, ancienne rédactrice en chef du magazine «Elle». Cette union sera par ailleurs célébrée par Nicolas Sarkozy, futur président de la République française.

Romain, écrivain à Neuchâtel

Parmi ses quatre enfants, ce sont les deux garçons, les cadets, dont on entend le plus parler. Père de trois enfants, Romain, 45 ans, s’illustre dans la littérature; domaine dans lequel il reçoit de bonnes critiques, en tant qu’auteur de polars et de romans historiques. Il réalise aussi des ouvrages pour enfants, et a même été scénariste pour Disney, informe «Closer». Dans les années 2000, en décidant de s’installer avec sa famille à Neuchâtel, l’homme fait de la Suisse son pays d’adoption. «Je ne fuis rien, j’étais très heureux en France, je serai très heureux si j’y retourne, pas de problème. J’ai un métier pratique, puisqu’on peut le faire partout du moment qu’on a un crayon, un cahier et des idées!», confiait-il à «Swissinfo.ch» en 2007. Au sujet de ses livres, qui se sont toujours bien vendus, l’écrivain avoue pourtant avoir douté au début: «Je m’attendais à me faire assassiner, du genre ‘Qu’est-ce que c’est que ce Sardou qui vient nous emmerder à sortir des bouquins!’», rapporte le site. Heureusement, l’accueil qui lui a été fait s'est révélé très favorable.

Davy, un comédien en haut de l’affiche

Tout juste âgé de 40 ans, Davy Sardou, le benjamin de la fratrie, est quant à lui devenu comédien. Régulièrement à l’affiche de pièces de théâtre à succès, il bénéficie, comme son frère dans son domaine, d’un bon accueil du public et des critiques. En 2014, il remporte d’ailleurs le Molière du «Meilleur comédien dans un second rôle» pour la pièce «L’Affrontement», rapporte «PurePeople». Un prix pour lequel il remercie notamment sa famille, et son père. Davy est marié à l’actrice Noémie Elbaz, qu’il a rencontrée au cours d’une de ses pièces, il est papa d’une petite fille.
Interviewé en novembre dernier par «Sud Radio», le comédien est notamment revenu sur son appartenance au clan Sardou, qui compte de nombreux artistes: «J’ai grandi dans les coulisses de Bercy, du Palais des Congrès de l’Olympia, du Théâtre Fontaine, où ma grand-mère a joué. Pour un enfant, c’est fascinant, c’est magique. S’il y a tant d’artistes dans ma famille, ce n’est pas par opportunisme, c’est vraiment par passion», a-t-il expliqué. «Après, certains artistes peuvent être assez écrasants avec leurs enfants, ils ne veulent pas qu’ils réussissent. Être un grand artiste, c’est souvent avoir un énorme égo. Mon père ne m’a jamais particulièrement encouragé, mais ne m’a jamais empêché non plus», a-t-il aussi assuré.

Sandrine, la fille de l’ombre

Loin des caméras et du star-system, Sandrine Sardou se tient à l’écart des médias. Aujourd’hui âgée de 49 ans, on ne sait pas grand-chose de cette aînée qui, contrairement à une grande partie de sa famille, semble préférer l’anonymat. Michel Sardou, interrogé en 2010 lors de l’émission «Etre une femme en 2010» sur France 2, avait confié au sujet de ses relations avec ses filles: «Elles sont compliquées. J’ai une fille aînée, Sandrine, qui m’a donné une très jolie petite fille… Et j’ai une autre fille, cadette, qui malheureusement a vécu une expérience terrible, qui a été enlevée et violée et qui ne s’en est pas vraiment remise. Elle est malade. Et une maladie dont malheureusement on ne guérit pas», relate «Paris Match».

Cynthia, survivante d’un drame, partage son vécu

Cette autre fille, c’est Cynthia, 45 ans, dont le drame survenu en 1999 puis le combat qui s’en est suivi, ont en effet été largement médiatisés. Agée de 26 ans lors des faits, la jeune fille subit un enlèvement et un viol collectif; un traumatisme qui la marquera pendant très longtemps. Des années de souffrance durant lesquelles elle trouve son père trop absent. Ce dernier déclarait pourtant en 2010 qu’il s’était occupé d’elle, mais «ne savait pas comment s’y prendre», qu’il avait «le sentiment qu’[ils] ne se compren[aient] pas», informe encore «Paris Match».
Désormais installée au Canada, Cynthia est revenue en France récemment pour raconter son vécu, lors d’une conférence, parler de résilience, des moyens qu’elle a trouvés pour s’en sortir, ainsi que du traitement judiciaire accordé à ce type d’affaire.



Assurant aujourd’hui qu’elle va mieux et qu’elle «n’a plus peur», elle a en outre reconnu l’aide que lui avait apportée son père grâce à son optimisme à toute épreuve. «C’est le plus important de tout: l’optimisme… C’est comme un muscle qui se travaille chaque jour, parce que chaque jour doit être vécu comme une seconde chance», témoignait-elle avec recul, lors de cette conférence qui s’est déroulée la semaine dernière en Normandie. Directrice d’une agence de communication, Cynthia a aussi exorcisé ce douloureux passé en écrivant plusieurs livres à ce sujet.



Les enfants des stars

Retour à la page d'accueil