Actu people

Sarah Hyland révèle avoir été agressée sexuellement au lycée

CoverMedia

28.9.2018 - 09:32

Source: Covermedia

Sarah Hyland a raconté sur Twitter avoir été agressée sexuellement lors d’une soirée de réveillon du jour de l’an de son lycée. La star de «Modern Family» explique pourquoi elle n’a rien dit à l’époque.

Sarah Hyland s’ajoute à la (longue) liste de femmes ayant gardé le silence après avoir été agressées sexuellement. C’est ce que la star de la série «Modern Family» vient de révéler sur son compte Twitter, répondant à l’appel du hashtag #WhyIDidntReport (pourquoi je n’ai rien dit). Ce mouvement est apparu après les propos de Donald Trump mettant en doute les accusations du Dr. Christine Blasey Ford, qui a révélé avoir été violée par Brett Kavanaugh, le candidat désigné par le président des Etats-Unis à la Cour Suprême. Pour l’ancien présentateur de «The Apprentice», la crédibilité de la jeune femme est contestable puisqu’elle a mis 36 ans à parler.

En ce qui concerne Sarah Hyland, les faits remontent également à ses années lycée. « C’était un ami. C’était le réveillon du jour de l’an lors de ma dernière année de lycée. Tout le monde était ivre. Il est entré dans la salle de bains où je me trouvais. J’ai espéré que ce soit un rêve mais mes collants déchirés le lendemain matin ont prouvé le contraire. Je me suis dit que personne ne me croirait. Je ne voulais pas passer pour quelqu’un qui fait des histoires. Après tout, je n’ai pas dit non. Le choc peut faire ça sur une personne », a-t-elle raconté sur Twitter.

Hier (27 sept 18), le Dr. Christine Blasey Ford a témoigné devant le Sénat américain, pour détailler les accusations qu’elle porte contre Brett Kavanaugh. Visiblement émue, elle a été interrogée pendant quatre heures par une procureure spécialisée dans les crimes sexuels. Son témoignage a bouleversé une grande partie de l’opinion publique américaine. Donald Trump a, de son côté, renouvelé sa confiance à son candidat, Brett Kavanaugh, pour entrer à la Cour Suprême. Lors d’une conférence de presse aux Nations Unies, il a expliqué que lui aussi faisait l’objet de « fausses accusations » de la part de femmes qui cherchent « la célébrité » et veulent « de l’argent », et que, par conséquent, il voit « les choses différemment de quelqu’un regardant sa télé dans son salon ». Malgré tout, il a ajouté que si le Dr. Christine Blasey Ford réussissait à le « convaincre », il pourrait « changer d’avis » sur le choix de son candidat.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia