Ouverture du 17e Zurich Film Festival en présence de Guy Parmelin

me, ats

23.9.2021 - 21:34

La projection du nouveau James Bond "No Time To Die" constituera un des moments forts de la 17e édition du Zurich Film Festival (ZFF) qui a débuté jeudi. Le film sera présenté le 28 septembre, quinze minutes seulement après la première mondiale à Londres (archives).
ATS

La 17e édition du Zurich Film Festival (ZFF) a débuté jeudi. Le président de la Confédération Guy Parmelin, la maire de Zurich Corine Mauch et de nombreux invités de marque ont participé à la cérémonie d'ouverture.

me, ats

23.9.2021 - 21:34

Le festival, qui dure jusqu'au 3 octobre, a été lancé avec le film du réalisateur suisse Michael Steiner «Und morgen seid ihr tot» ("Et demain vous serez morts"). Il raconte l'histoire vraie de deux Suisses, Daniela Widmer et David Och, pris en otages par les talibans en 2011.

Ils ont été enlevés au Pakistan par un commando armé et ont été retenus en otages pendant 259 jours avant de réussir à s'échapper. Le film est basé sur le livre écrit par les deux otages.

Un pont

Le conseiller fédéral Guy Parmelin a ouvert le festival. «En ces temps difficiles, il n'est pas anodin d'être physiquement ici et de profiter de la culture en direct», a-t-il déclaré. Au ZFF, «un pont est construit entre l'offre sophistiquée grand public et l'offre cinéphile», ce qui explique le soutien de la Confédération au festival zurichois, a-t-il ajouté.

La maire de Zurich a souligné la diversité des films et l'importance du festival. «Les festivals comme le ZFF sont plus importants que jamais. Pour de nombreux films, ils sont la seule chance de trouver leur public», a déclaré Corine Mauch.

«Nous faisons un grand pas dans un période difficile», a déclaré de son côté Christian Jungen, directeur artistique du ZFF. «Nous disposons désormais d'un palais des festivals, comme à Cannes et à Berlin», a-t-il déclaré en faisant référence au Kongresshaus qui peut accueillir jusqu'à 1300 spectateurs, «ce qui nous donne une forte perspective de croissance».

Un cortège de célébrités est attendu à Zurich, comme l'actrice Sharon Stone ou Paul Schrader, le scénariste de «Taxi Driver». Sharon Stone se verra remettre le «Golden Icon Awards». Paul Schrader recevra le «Lifetime Achievement Award» et présentera sa dernière réalisation, «The Card Counter», qui raconte l'histoire de William Tell, un ancien militaire devenu un joueur accro au poker.

James Bond

La projection du dernier James Bond «No Time To Die», dont la sortie a été reportée à plusieurs reprises à cause de la pandémie, constituera un des moments forts du festival. Le film sera présenté le 28 septembre, quinze minutes seulement après la première mondiale à Londres. Daniel Craig y incarne pour la dernière fois le célèbre agent 007. Ne pouvant pas être à Londres et à Zurich le même soir, l'acteur s'adressera au public zurichois par vidéo interposée.

Au total, 164 films de 53 pays, dont de nombreuses premières mondiales, sont programmés pour cette 17e édition du ZFF. Il y aura aussi 34 premières suisses.

Le ZFF met cette année un accent particulier sur l'interaction entre la musique et le cinéma. Dans le cadre de «Sounds», six films sur des musiciens ou des thématiques musicales seront projetés. Le compositeur Mychael Danna, qui a signé la musique de films comme «L'Odyssée de Pi», «Moneyball» ("Le stratège") et «Little Miss Sunshine», recevra à cette occasion un «Career Achievement Award».

Films romands en compétition

Pas moins de trois (co-)productions romandes ont été retenues pour la compétition Focus, dans laquelle sont représentés des films suisses, autrichiens et allemands. «Azor», un thriller politique d'Andreas Fontana, présenté lors de la dernière Berlinale, est l'un d'entre eux. Il s'inspire des disparitions d'opposants à la dictature dans l’Argentine des années 80.

«La Mif» du Genevois Fred Baillif, primé à la dernière Berlinale, a aussi retenu l'attention des programmateurs zurichois. Il raconte la vie d’adolescentes placées en foyer et questionne le système de protection de l’enfance à Genève.

Christian Jungen a encore choisi «Momentum» du cinéaste jurassien Edwin Charmillot, âgé de 24 ans. Le jeune homme a non seulement réalisé le film, mais également écrit le scénario et était derrière la caméra. Il suit Emma, 16 ans, et Tom pendant un été, évoquant le passage à l'âge adulte.

me, ats