Romaine Morard: «Être maman, c’est une révolution!»

Aurélia Brégnac / AllTheContent

25.6.2018

Figure emblématique de la matinale de la RTS, Romaine Morard se lève à l’aube pour informer la Suisse romande. Passionnée par la politique et l’actualité, la jeune journaliste est aussi maman de deux enfants. Un emploi du temps serré, mais une vie trépidante qu’elle ne changerait pour rien au monde.

Bluewin: A quand remonte votre passion pour le journalisme, et notamment pour la politique?
Romaine  Morard: Vraiment très tôt, mais je ne saurais pas dire pourquoi. Petite, je ne sais pas comment je pouvais déjà avoir une idée de ce qu’était ce métier. Puis, ça s’est confirmé lorsque j’étais au collège. La politique, c’est venu plus tard, quand j’étais stagiaire à la radio et qu’on m’a proposé un stage à Berne. Je n’y connaissais pas grand-chose, mais j’ai appris et j’ai tout de suite adoré.

Quels sont les sujets que vous préférez présenter?
La politique est vraiment mon sujet de prédilection. J’ai d’ailleurs été durant quatre ans correspondante parlementaire à Berne ; deux ans pour la radio et deux ans pour la télé. J’aime vraiment les sujets politiques. Mais, en tant que présentatrice de la matinale, je dois m’intéresser à tous les sujets. Il faut toujours avoir les yeux et les oreilles ouverts.

Quel est pour vous l’actualité du moment?
C’est vraiment tout ce que Donald Trump change dans ses rapports au monde, avec sa présidence. Je pense qu’il est en train de bouger énormément de pions et que ça a des répercussions dans le lien transatlantique, avec l’Europe, avec le Moyen-Orient. On voit que ses décisions peuvent mettre le feu. On se demande jusqu’où ça peut aller. Il y a beaucoup d’interrogations sur la diplomatie de Donald Trump.
Le mouvement «Me too» également, qu’on a dû traiter sous diverses formes. Il a émergé mais on ne l’avait pas vu venir. Il a fallu trouver des angles chaque fois différents pour ne pas lasser les gens.

La Suisse a-t-elle aussi été concernée par ce mouvement «Me too», selon vous?
Oui, la Suisse ne fait pas exception. Il y a des femmes courageuses qui ont accepté de parler dans certains journaux mais c’est resté en deçà de ce qui s’est passé chez nos voisins ou aux Etats-Unis. On marche sur des œufs avec cette thématique. En Suisse, je pense qu’on est resté en retrait. Tout a été mis en place pour que ça ne sorte jamais. Il y avait une peur, une omerta incroyable.

On vous a comparé à Marie Drucker (en 2016 dans Femina, ndlr). Comment prenez-vous cette comparaison?
On le prend forcément bien! Elle fait du bon boulot… L’article me concernant était assez élogieux, et plutôt proche de ce que je suis. Ça m’a fait sourire… Mes amis m’ont chambrée!

Quel reproche le public pourrait-il vous faire?
Que je parle vite! (rires). Mais la matinale est très appréciée. C’est assez dynamique et ça va avec ma personnalité.

Vous êtes intrinsèquement dynamique?
Quand on se lève tous les jours à 3h, il faut être dynamique!

Vous devez avoir un rythme de vie éreintant…
Je fais une sieste d’une heure et demie quand je rentre, en tout début d’après-midi. Si on n’a pas de rythme, on ne tient pas. Quand je me lève à 3h du matin, c’est le milieu de la nuit. J’arrive très tôt au boulot. Je suis à l’antenne à 6h30, mais je dois d’abord écrire ma présentation, savoir ce qui s’est passé pendant la nuit, ce qu’on va mettre en avant… C’est assez militaire comme organisation, mais ça permet de tenir. Et j’ai besoin de prendre un café avec les collègues, de rigoler avec eux, que ce soit convivial… On a une très bonne équipe.

Quels invités recevez-vous en ce moment?
Le dossier de politique italienne nous a beaucoup occupés ces derniers temps. J’aime bien quand les invités viennent en studio, sinon on les a par téléphone. Souvent, ils viennent et cela créé une toute autre interview. Il y a de plus en plus de monde dans le studio. Ça me plaît bien!

A part le journal, quel type d’émissions rêveriez-vous d’animer?
J’adore vraiment ce que je fais à la matinale. J’ai fait beaucoup de choses que j’avais envie de faire jusqu’à présent. J’ai eu cette chance. Pour le moment, on va entamer la saison 2 de la matinale. On est exigeant. Il faut garder, voire élever le niveau. On veut être parfait sur l’information qu’on donne, être juste, proposer des sujets qui intéressent les Romands. Mon ambition, c’est d’augmenter la qualité de cette matinale.

Maman depuis quelques temps, comment cela a-t-il impacté votre carrière?
C’est une révolution! Ça a tout changé de A à Z. Mais c’est «rock’n’roll» pour n’importe quelle maman. Il n’y a aucun horaire qui va avec des enfants! (Rires). Alors on s’adapte. C’est extrêmement compliqué à gérer mais finalement, la matinale, c’est vraiment royal pour eux. Car je vais quand même les chercher à l’école, et je suis en congé pendant les vacances scolaires. Et puis, j’ai le soutien de mon compagnon, qui est disponible le matin. On travaille tous les deux beaucoup tout en nous occupant de nos enfants.

Quelles sont vos hobbies et passions?
Retourner chez moi, en Valais, au chalet, avec ma famille, des bons bouquins et une bouteille de vin rouge. C’est vraiment ma bulle, l’endroit où je me ressource. Ça peut paraître «kitsch» de dire ça, mais ça fait vraiment du bien. J’y cours dès que je peux.

Retrouvez La Matinale sur RTS La Première, du lundi au vendredi, à 6h30.

Ces trois animatrices de la RTS qu'on adore

Retour à la page d'accueil