A Chamrousse, l'espoir de sauver la saison de ski s'amenuise

ATS

7.1.2021 - 15:21

«On est des pions»: à Chamrousse, station de ski perchée au sud de Grenoble dans l'Isère, commerçants et professionnels de la montage commencent à céder à l'abattement après le report au 13 janvier de la décision de rouvrir les remontées mécaniques, toujours à l'arrêt.

Dans la galerie marchande située sur la partie haute de la station, Éric Fouartes, 47 ans, ne décolère pas. Ce gérant d'un magasin de location de skis, qui accuse une baisse de 80% de son chiffre d'affaires en ce début de saison, ne croit plus à la possibilité de sauver la saison.

«C'est terminé, on ne rouvrira plus. Je n'y crois plus», tonne le quadragénaire, le regard noir. «Le gouvernement n'est pas capable d'anticiper pour nous permettre de nous projeter. On est des pions», peste-t-il dans son magasin vide, tandis qu'à l'extérieur une poignée de skieurs de randonnée dévalent une piste recouverte d'une épaisse couche de neige.

Feu toujours au rouge

Pour tenter de s'adapter à l'arrêt des remontées mécaniques, le loueur de ski a fait l'acquisition de paires de ski de randonnée, une discipline qui a connu un vrai boom dans les stations touchées par la crise. «Le manteau neigeux est là. Tout est réuni. Il suffit d'avoir le feu vert, mais il reste désespérément rouge. Ils font tout pour que la montagne se meure», martèle-t-il encore.

Même état d'esprit quelques kilomètres plus bas, dans une petite pizzeria tenue par Bernard Kherroub, 60 ans. Le gérant, qui emploie un salarié «bientôt au chômage partiel», voit fondre sa trésorerie «comme neige au soleil» pour absorber les charges fixes, souligne-t-il dans un sourire crispé.

«La saison est morte», assure le sexagénaire, évoquant un «bilan catastrophique». «Si jamais on rouvre le 20 janvier, comment va-t-on rattraper les deux mois de pertes ? Fin mars ou début avril, il n'y aura plus personne ici. Comment va-t-on tenir jusqu'à l'année prochaine ?».

Besoin de visibilité

Début décembre, la station a rencontré l'ensemble de ses saisonniers pour les inciter à se tenir prêts. Le damage des pistes, qui s'est poursuivi, a d'ores et déjà coûté environ 30'000 euros.

«C'est triste, mais on ne peut pas dire qu'on est surpris. On a vraiment besoin de visibilité pour pouvoir mettre en place nos actions et les communiquer à nos clients. L'objectif, c'est d'assurer février. Si ce n'est pas le cas, ça va commencer à devenir très compliqué pour les acteurs de la montagne», souligne, un peu moins pessimiste, Marius Dompier, le directeur adjoint de l'office du tourisme.

Vacances au goût mitigé

À Chamrousse, les vacances de Noël ont laissé un goût mitigé, bien que l'ensemble des acteurs de la station se soient mobilisés pour s'adapter. La fréquentation, en baisse lors de la première semaine avec «40 à 50 %» seulement de remplissage, a connu une embellie au cours de la semaine du jour de l'An, avec 70 % d'occupation des lits.

«On a du monde qui vient les week-ends du fait de la proximité avec Grenoble. Mais ce qui est compliqué, c'est que le ski est le poumon économique de la station. Pour les restaurateurs, les hôteliers et les commerces de locations de ski, la situation est compliquée».

Une incertitude qui ronge

«On s'entraide comme on peut en se renvoyant des clients», témoigne Sara Sgabato, 60 ans, la gérante d'un magasin de location de ski et de prêt-à-porter installé depuis 50 ans à Chamrousse. Elle a enregistré une baisse de 70% de chiffre d'affaires à Noël.

«Pour nous qui sommes là depuis longtemps et avons de la trésorerie, ça va encore, mais pour ceux qui sont là depuis deux ans, c'est la catastrophe. Je préfèrerais qu'on nous dise qu'on n'ouvre plus plutôt que de rester dans cette incertitude. C'est ça le pire».

Retour à la page d'accueil

ATS