Plus de répit

Après un sursis Covid, le Texas exécute un condamné à mort

ATS

1.7.2021 - 07:27

L'Etat américain du Texas a exécuté mercredi un homme condamné pour un triple meurtre particulièrement violent. John Hummel, 45 ans, avait été le premier à obtenir un répit en raison de la pandémie de Covid-19.

ATS

1.7.2021 - 07:27

Cette photo non datée fournie par le Texas Department of Criminal Justice montre John Hummel. Hummel, reconnu coupable de meurtre qualifié dans la mort de sa femme et de son beau-père
Cette photo non datée fournie par le Texas Department of Criminal Justice montre John Hummel. L'homme a été reconnu coupable de meurtre qualifié dans la mort de sa femme , de sa fille et de son beau-père.
KEYSTONE

Il a reçu une injection létale dans le pénitencier d'Huntsville et sa mort a été prononcée à 18h49 locales.

En 2009, il a poignardé sa femme enceinte et son beau-père, puis battu à mort sa fille de cinq ans avec une batte de base-ball, avant de mettre le feu à leur domicile, à Fort Worth, dans le sud des Etats-Unis. Selon les procureurs, il souhaitait refaire sa vie avec une autre femme.

Il aurait dû être exécuté le 17 mars 2020, mais une cour d'appel avait repoussé l'échéance in extremis «eu égard à la crise sanitaire». Les juges avaient souligné qu'une exécution nécessitait d'«énormes ressources», à savoir des dizaines de gardiens de prison, d'avocats, de témoins, susceptibles de propager le Covid-19. Dans la foulée, toutes les exécutions avaient été suspendues pendant des mois dans le reste du pays.



Le Texas, Etat américain qui applique le plus la peine capitale, avait repris les exécutions le 19 mai pour exécuter un Noir, qui avait tué sa grand-mère. Depuis le début de l'année, à l'exception du Texas, seul le gouvernement fédéral a procédé à trois exécutions, juste avant le départ du président républicain Donald Trump.

ATS