Une idée de Macron

Bientôt un centre d'excellence pour les chefs cuisiniers

ATS

11.2.2022 - 07:50

La région Auvergne-Rhône-Alpes va accueillir «d'ici deux ans», un centre d'excellence dédié à la préparation des candidats français aux concours culinaires internationaux, a annoncé jeudi son président Laurent Wauquiez. L'un des deux sites sera installé à Groisy, en Haute-Savoie.

L'idée d'un centre d'excellence français dédié aux arts culinaires avait été formulée par le président Emmanuel Macron en septembre dernier après la finale du Bocuse d'or 2021 (sur la photo, l'édition 2019).
ATS

ATS

11.2.2022 - 07:50

«La gastronomie, c'est la première image de marque positive de la France dans le monde et elle est sous-utilisée», a-t-il estimé en regrettant le manque de structures «d'entrainement» des professionnels pour les compétitions internationales type Bocuse d'Or.

Ce Centre d'excellence de la gastronomie française et des métiers de bouche doit être déployé sur deux sites: pour la gastronomie, la pâtisserie et la sommellerie, le campus de l'Institut Paul-Bocuse situé à Ecully, près de Lyon; le Centre de formation des apprentis (CFA) de Groisy, en Haute-Savoie, pour les métiers de bouche et de salle. Avec deux internats d'une quarantaine de places chacun.

«Nous allons offrir les meilleurs équipements au monde, des hébergements et des équipements sportifs car ce sont des athlètes de très haut niveau», a-t-il déclaré à l'AFP après la présentation du projet à Ecully.

Une idée de Macron

L'investissement total est estimé à 25 millions d'euros, selon Laurent Wauquiez qui a dit «espérer le soutien de l'Etat» ainsi que des financements européens. «Le dossier est suivi par Guillaume Gomez», ancien chef de l'Elysée devenu «représentant personnel» d'Emmanuel Macron au service de la gastronomie française, a-t-il précisé.

L'idée d'un centre d'excellence dédié aux arts culinaires avait été formulée par le président Emmanuel Macron en septembre après la finale du Bocuse d'or 2021 remportée par l'équipe française menée par le chef Davy Tissot.

Le chef de l'Etat avait alors laissé entendre que la structure pourrait voir le jour à Lyon ou sa région, «épicentre de cette excellence». Il avait fait la comparaison avec les centres d'entraînement du football de Clairefontaine et du rugby de Marcoussis, en région parisienne, où se retrouvent les équipes nationales avant les grandes compétitions.

ATS