«Le faiseur de morts», 100 ans après Ce cruel tueur en série fascine encore aujourd'hui

dpa

22.6.2024 - 16:44

Il y a 100 ans, un criminel a été arrêté à Hanovre et condamné à mort environ dix mois plus tard pour le meurtre d'au moins 24 garçons et hommes. Quelles sont les traces qui subsistent aujourd'hui?

22.6.2024 - 16:44

Cent ans après l'arrestation du célèbre tueur en série Fritz Haarmann à Hanovre, l'intérêt pour cette sinistre affaire criminelle est toujours aussi vif. Au musée de la police de Nienburg, on peut notamment voir la reconstitution d'une cellule de la garde à vue de la police de Hanovre sous la République de Weimar.

C'est là que Haarmann a été incarcéré après son arrestation le 22 juin 1924. En outre, les visiteurs peuvent voir une hache que, selon la légende, le criminel aurait possédée. Le directeur du musée, Dirk Götting, tient à ce que l'exposition soit présentée de manière objective.

L'affaire

«Il s'agit chez Haarmann d'un tueur en série pédophile», souligne Götting. Selon lui, c'est un phénomène étrange que les meurtriers de l'histoire acquièrent parfois avec le temps une «touche inoffensive». A Hanovre, le criminel au couperet est apparu comme personnage sur un calendrier de l'Avent.

Entre 1918 et 1924, ce criminel connu des services de police a assassiné au moins 24 garçons et jeunes hommes âgés de 10 à 22 ans. Haarmann étranglait ses victimes et, selon ses propres dires, leur tranchait la gorge. Beaucoup d'entre eux étaient des fugueurs et n'ont pas été portés disparus dans un premier temps. Il démembrait les corps à la hache et les emmenait vers la rivière Leine. Lorsque des enfants trouvèrent des os sur les rives de la Leine au printemps 1924, ce furent les premiers indices de la série de meurtres.

Photo de la police judiciaire : des os humains trouvés après l'abaissement du niveau de la Leine.
Photo de la police judiciaire : des os humains trouvés après l'abaissement du niveau de la Leine.
Archivbild: imago images/localpic

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Haarmann fournissait à la police des informations sur le milieu de la prostitution. Il fut d'abord arrêté le 22 juin 1924 uniquement parce qu'il s'était disputé avec un jeune à la gare centrale. Lors de la perquisition de son appartement, la police a ensuite trouvé des indices sur les crimes commis. Les méthodes utilisées par les policiers pour obtenir des aveux, comme les mauvais traitements physiques, étaient déjà interdites à l'époque, a déclaré Götting.

Selon le directeur du musée, le procès du «vampire», comme Haarmann était également appelé, a même fait l'objet d'une couverture médiatique aux États-Unis. Haarmann a été condamné à la peine de mort et a été décapité en avril 1925. Sa tête conservée dans du formol a été stockée pendant des décennies à la médecine légale de Göttingen et n'a été incinérée et enterrée anonymement qu'en 2014.

Haarmann, une matière pour les artistes

Les historiens et les artistes se penchent régulièrement sur cette affaire criminelle sans précédent. En 1995, Götz George a incarné Haarmann dans le film «Der Totmacher» (Le faiseur de morts), qui a été récompensé, et une comédie musicale a été créée au théâtre de Hanovre.

De nombreux dossiers relatifs à l'affaire sont conservés dans les archives du Land de Basse-Saxe. Selon les autorités, ils sont toujours très demandés et ne sont entre-temps plus disponibles que sous forme numérique pour les utilisateurs en salle de lecture. L'affaire Haarmann est également régulièrement traitée sur le plan littéraire, notamment sous forme de roman graphique. A Hanovre, il existe des visites guidées de la ville sur les traces du criminel notoire.

dpa