Affaire coco.gg Isère: quatre jeunes mis en examen pour des guets-apens

ATS

29.6.2024 - 12:01

Quatre jeunes, deux majeurs et deux mineurs, ont été mis en examen pour «violences en réunion» après des guets-apens tendus à des jeunes hommes sur le site de rencontre coco.gg, récemment fermé, a indiqué samedi le procureur de Grenoble Eric Vaillant.

Considéré comme «un repaire de prédateurs» par des associations et mis en cause dans des guet-apens homophobes, le site de discussion coco.gg a été fermé mardi dans le cadre d'une enquête judiciaire (archives).
Considéré comme «un repaire de prédateurs» par des associations et mis en cause dans des guet-apens homophobes, le site de discussion coco.gg a été fermé mardi dans le cadre d'une enquête judiciaire (archives).
PASCAL BONNIERE / MAXPPP

29.6.2024 - 12:01

L'affaire remonte à fin 2023, quand «un groupe constitué de trois à sept malfaiteurs tend(ait) des guets-apens à des jeunes hommes rencontrés sur le site de rencontres COCO» sur la commune de Seyssinet-Pariset (Isère), a fait savoir le procureur.

Les victimes se faisaient dépouiller de leurs téléphones portables ou de leurs cartes bancaires par «une bande parfois armée de couteaux» et se faisaient également «molester», a précisé le procureur.

Un des membres de cette bande avait été interpellé début décembre 2023 en flagrant délit et «trois co-auteurs ou complices (avaient été) interpellés à leurs domiciles» dans la foulée.

Ces quatre personnes avaient été «présentées à un juge d'instruction en vue de l'ouverture d'une information judiciaire, visant notamment à identifier puis interpeller le reste de l'équipe et recenser d'autres faits».

Le 26 juin, deux mineurs âgés de 17 ans et deux majeurs de 18 et 19 ans, considérés comme «co-auteurs ou complices», ont été interpellés dans la métropole de Grenoble, et mis en examen pour «violences en réunion». Des perquisitions ont amené «à la découverte de couteaux, de téléphones portables, de moyens de paiement et du nécessaire pour le conditionnement de produits stupéfiants», complète le procureur.

Considéré comme «un repaire de prédateurs» par des associations et mis en cause dans des guet-apens homophobes, le site de discussion coco.gg a été fermé mardi dans le cadre d'une enquête judiciaire.

ATS