660 postes passés à la trappe Migros prévoit déjà la prochaine vague de suppressions d'emplois

Sven Ziegler

10.7.2024

Migros a déjà supprimé 660 postes - des centaines d'autres collaborateurs seront licenciés dans les prochains mois. Et le géant orange n'en est même pas encore à la moitié de son programme d'économies.

D'autres vagues de licenciements devraient suivre à Migros dans les mois à venir (photo d'archives).
D'autres vagues de licenciements devraient suivre à Migros dans les mois à venir (photo d'archives).
Image : Keystone

10.7.2024

95 postes sont victimes de la récente vente de SportX, la filiale de Migros. C'est ce que l'on a appris mardi. 24 des 49 magasins seront repris par Ochsner, trois autres magasins iront à Dosenbach.

Les collaborateurs des filiales concernées peuvent d'abord respirer. Ils continueront à être employés par le nouveau groupe. Pour les employés des autres sites, en revanche, c'est le grand tremblement. On ne sait pas ce qu'il adviendra d'eux. Dans le cas extrême, ces magasins SportX seront également fermés - et les collaborateurs se retrouveront sans emploi.

Migros veut éviter cela et a déjà laissé entendre qu'elle était en contact avec d'autres intéressés.

Avec les 95 postes communiqués mardi, Migros a déjà supprimé 660 emplois au cours des dernières semaines. Dans un premier temps, 150 postes ont été supprimés dans les supermarchés Migros SA à Zurich, puis quelques semaines plus tard, c'était au tour de l'industrie Migros de subir une coupe claire: 415 postes au total ont été supprimés dans ce secteur.

Mardi, c'était donc au tour d'une nouvelle coupe.

D'autres vagues de licenciements suivront

Mais Migros ne s'arrête pas là. Au printemps déjà, la direction avait communiqué une suppression d'environ 1500 postes au total. «Ce chiffre est toujours d'actualité», déclare le porte-parole de Migros Marcel Schlatter à blue News. En d'autres termes: malgré plusieurs vagues de licenciements, Migros n'a même pas encore réalisé la moitié de ses suppressions d'emplois.

D'autres vagues vont donc suivre. Schlatter laisse entrevoir quels seront probablement les prochains domaines touchés: «D'autres (mesures de réduction) sont attendues chez Migros Fachmarkt AG ainsi que dans d'autres services comme l'informatique et la logistique». Malgré plusieurs vagues de licenciements, d'autres pourraient donc encore survenir dans le secteur.

Et ça n'est pas tout: Migros veut aussi céder d'autres filiales. La vente de la chaîne d'ameublement Micasa ou des marchés spécialisés dans le jardin de Do It + Garden n'a pas encore été décidée. On ne sait pas quelles entreprises pourraient être intéressées par ces secteurs.

Migros est confrontée à de nouvelles restructurations. (image symbolique)
Migros est confrontée à de nouvelles restructurations. (image symbolique)
Image : Keystone

Les magasins spécialisés dans le vélo de Bike World sont également toujours à vendre, tout comme le voyagiste Hotelplan. Pour cette dernière entreprise, DER Touristik, le deuxième plus grand voyagiste de Suisse, aurait montré de l'intérêt, comme l'a déjà rapporté blue News.

On ne sait pas encore quand ces entreprises seront vendues. Selon le porte-parole de Migros, M. Schlatter, les processus sont «en cours comme prévu». Une décision devrait être prise dans les prochains mois, selon Schlatter. «Je m'attends ici à des décisions en automne ou en hiver».

D'ici là, le grand tremblement continue également pour les collaborateurs de Migros.