Vaud se mobilise

Nouvelle campagne contre le moustique tigre

gsi, ats

9.6.2022 - 11:51

Vaud continue de se mobiliser face au moustique tigre, identifié pour la première fois en 2021 dans le canton. Un monitorage sera effectué cet été dans six communes.

Une nouvelle campagne de prévention est lancée pour lutter contre l'arrivée du moustique tigre (archives).
ATS

gsi, ats

9.6.2022 - 11:51

Celles-ci ont été choisies en raison de leur position dans l'avancée du moustique: près de zones déjà contaminées (Aigle et Bex) ou des grands axes routiers (Yverdon), mais aussi dans les endroits où il a été identifié par le passé (Nyon, Prilly et Cully), indique jeudi le canton de Vaud dans un communiqué.

Des «pièges pondoirs» seront relevés toutes les deux semaines. Ils seront placés dans des lieux «stratégiques» de ces communes pour attirer d'éventuelles femelles prêtes à pondre. D'autres pourront être posés en cours de saison en cas de signalement positif. Ce monitorage aura lieu durant la période active du moustique tigre, de juin à mi-octobre, poursuit le communiqué.

Comme ces dernières années, une campagne de prévention publique est lancée sous le slogan «ne l'invitons pas à l'apéro». Elle vise à informer la population sur les gestes à adopter. Et notamment en supprimant les lieux favorables pour ses œufs (coupelles d'eau, vieux pneus, trous dans les murs, récipients abandonnés non couverts, arrosoirs, etc), particulièrement en zone urbaine ou périurbaine.

La population est aussi invitée à signaler tout moustique actif de jour sur le site www.moustiques-suisse.ch avec si possible une photo. En cas de capture d'un spécimen, il faut le conserver bien protégé en vue d'une identification par les experts.

Le moustique tigre a été identifié pour la première fois l'an dernier sur sol vaudois, à Nyon et Cully puis, en fin de saison, Prilly. «Il ne s'agit pour l'heure que de moustiques ou de pontes isolés. On ne pourra parler d'installation d'une population de l'insecte que lorsque des œufs auront été recensés dans une même station lors de trois relevés consécutifs, dès deux années de suite», précise l'Etat de Vaud.

Collaboration lémanique

Au-delà des frontières vaudoises, c'est toute la région lémanique qui se mobilise à nouveau contre le moustique tigre. Les cantons de Genève et du Valais, mais aussi les départements français de la Haute-Savoie et de l'Ain, ont reconduit leur collaboration initiée en 2021. Cela se traduit notamment «par un partage d'expériences en matière d'informations et de surveillance», indique dans son propre communiqué le Conseil du Léman.

Pour rappel, le moustique tigre possède un corps et des pattes rayés de noir et blanc. Il mesure entre 5 et 10 mm. Il pique essentiellement la journée et peut être porteur de maladies comme la dengue, le chikungunya ou le zika. Il ne transmet toutefois ces maladies que lorsqu'il a piqué une personne déjà infectée, rappelle le Conseil du Léman.

gsi, ats