Slovaquie

Quatre suspects dans l'affaire Kuciak

ATS

30.9.2018 - 23:40

L'assassinat du journaliste et de sa compagne en février avait ému la population slovaque (archives).
Source: KEYSTONE/AP/DARKO VOJINOVIC

Le parquet de Slovaquie a ordonné dimanche le placement en détention préventive de quatre personnes soupçonnées d'implication dans l’assassinat du journaliste Jan Kuciak. L'homme enquêtait sur les liens entre la mafia calabraise et des hommes politiques.

L'assassinat du journaliste et de sa compagne en février avait suscité d'importantes manifestations contre le gouvernement slovaque et abouti à la démission du Premier ministre Robert Fico. Celui-ci était aux affaires depuis 2006, avec une interruption de deux ans entre 2010 et 2012.

Trois suspects ont été arrêtés jeudi matin et inculpés de meurtre vendredi. Le quatrième, une femme interpellée vendredi, est soupçonné de complicité, selon l'avocat de la famille du journaliste. On ignore quand leur procès aura lieu.

Commanditaire ou intermédiaire?

Le journal slovaque Dennik N croit savoir que cette femme a "ordonné" l'assassinat du journaliste et de sa fiancée. "Nous pouvons confirmer que la femme identifiée comme A.Z. a été accusée du crime particulièrement grave de complicité dans le meurtre", a déclaré la porte-parole du parquet Andrea Predajnova dans un communiqué.

Selon l'avocat de la famille Kuciak, l'ancien ministre de la Justice et de l'Intérieur Daniel Lipsic, cité par la télévision locale Markiza, la suspecte a plutôt joué un rôle d'intermédiaire, "tandis que le tueur pourrait ne pas du tout connaître le commanditaire du crime".

Elle travaillait en tant qu'interprète de l'italien pour l'homme d'affaires slovaque controversé Marian Kocner, dont les activités ont fait objet d'enquêtes journalistiques de Jan Kuciak. Selon les médias locaux, le fils de Marian Kocner est marié avec la fille de la quadragénaire interpellée vendredi à Komarno (sud).

Scandale politique

Le dernier article publié par Jan Kuciak, le 9 février, portait sur une possible fraude fiscale liée à un complexe d'appartements de luxe à Bratislava, au centre d'un scandale politique l'an dernier, et faisait état de transactions suspectes effectuées par des sociétés liées à Marian Kocner.

Retour à la page d'accueil

ATS