«Poutine est un idiot»

Le Kremlin accablé par ses soldats envoyés en Ukraine

blue News

30.9.2022

Depuis la mobilisation partielle décrétée par Vladimir Poutine, des milliers de réservistes russes sont envoyés au front en Ukraine. Une fois arrivé dans le Donbass, leurs témoignages soulignent toutes les difficultés que rencontre l’armée du Kremlin face à la résistance des soldats ukrainiens.

Vladimir Poutine subit les foudres d’une partie de son armée.
Vladimir Poutine subit les foudres d’une partie de son armée.
KEYSTONE

blue News

30.9.2022

Le New York Times s’est procuré plusieurs appels téléphoniques entre les soldats au front et leurs proches en Russie. Loin des discours de propagande tenus par le Kremlin, on y entend des hommes crier tout leur désarroi au sein d’une armée russe complètement désorganisée. «Personne ne nous a dit que nous partions en guerre. Ils nous ont prévenus un jour avant de partir», explique un militaire dans des propos relayés par le site TF1info.

Les soldats russes enregistrent également de lourdes pertes dans un conflit qui ne se déroule pas du tout comme le souhaitait Vladimir Poutine. «ll ne reste plus personne de mon régiment de Kostroma. ll y avait 400 parachutistes. Seuls 38 ont survécu… Parce que nos commandants ont envoyé les soldats au massacre», indique un autre soldat. Un collègue dénonce aussi la stratégie militaire de Moscou : «Poutine est un idiot. Il veut prendre Kiev. Mais c'est impossible qu'on y arrive.»

Face aux atrocités dont ils sont témoins au quotidien, certains combattants envisagent même de déserter : «Je démissionne, bordel de merde... Je vais prendre un boulot civil. Et mon fils ne rejoindra pas l'armée non plus, c'est sûr à 100%», lâche encore un conscrit à sa femme.

Enfin, les horreurs de la guerre se ressentent jusqu’en Russie. «Les cercueils n'arrêtent pas d'arriver. On enterre les hommes les uns après les autres, c'est un cauchemar» s’indigne l’épouse d’un militaire engagé en Ukraine. Avec la mobilisation partielle décrétée par Vladimir Poutine, ces scènes déchirantes risquent encore de se multiplier dans les mois à venir...