Présidentielle américaine

Scrutin équitable, selon un proche de Trump

ATS

9.11.2020 - 15:25

Les Etats-Unis ont participé pour la première fois aux travaux du Conseil des droits de l'homme de l'ONU depuis leur retrait en 2018 de cette enceinte à Genève (archives).
Source: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

La présidentielle américaine a été «équitable», laisse entendre un proche de Donald Trump. L'ambassadeur américain à l'ONU à Genève Andrew Bremberg a vanté lundi devant les Etats membres des Nations unies les résultats de son pays en terme des droits de l'homme.

«Notre justice fédérale et celle dans les Etats sont indépendantes de tout contrôle politique. Nos législateurs et nos élus doivent rendre des comptes au public au travers d'une presse libre, une société civile robuste et des élections fréquentes, libres et équitables», a-t-il affirmé.

«Et effectivement, nous voyons que ce processus a lieu actuellement», a-t-il insisté lors de l'examen de la situation des droits de l'homme aux Etats-Unis par les membres de l'ONU.

M. Bremberg est considéré comme un proche de M. Trump, qui l'a nommé ambassadeur américain à l'ONU à Genève. Entré en fonctions il y a un an, il faisait partie auparavant des conseillers du président.

Première fois depuis 2018

Pour la première fois depuis le retrait américain du Conseil des droits de l'homme en 2018, un représentant de ce pays a participé aux travaux de cette enceinte onusienne.

Dans ses déclarations préliminaires, M. Bremberg a surtout mentionné l'approche de l'administration Trump sur la religion et les droits de l'homme et la Déclaration de consensus de Genève contre l'avortement lancée le mois dernier avec une trentaine de pays.

Les responsables américains ont relevé que l'état de droit fonctionnait, notamment les poursuites après le meurtre récent de Goerge Floyd. Mais deux défis sont observés, ceux des violences excessives de la police et des manifestations violentes, a admis l'un d'eux.

La Suisse a recommandé aux Etats-Unis de revenir sur leurs sanctions contre la Cour pénale internationale (CPI) et a demandé à nouveau un moratoire sur la peine capitale. Elle a souhaité que Washington ratifie la Convention des droits de l'enfant.

Et aussi que les Etats-Unis luttent contre les discriminations en garantissant un accès équitable à la justice et en oeuvrant contre un recours excessif à la force par la police.

Retour à la page d'accueil

ATS