Grand Conseil vaudois

Gymnase de Bussigny: les députés veulent plus de salles sportives

ATS

15.9.2020 - 16:27

La croissance démographique alliée aux choix d'orientation des jeunes au sortir de l'école obligatoire ont entraîné une augmentation du nombre d'élèves dans les gymnases vaudois de près de 24% (+2450) depuis 2012, selon le canton (photo symbolique).
Source: Keystone/LAURENT GILLIERON

Les parlementaires vaudois ont critiqué mardi le manque de salles sportives dans le projet d'un nouveau gymnase à Bussigny. Ils ont voté un amendement socialiste demandant au Conseil d'Etat d'effectuer une étude pour la réalisation d'infrastructures sportives pour cet établissement. Un deuxième débat sera en revanche nécessaire pour accorder le crédit de 13,95 millions afin de financer l'ensemble du projet.

Prévu pour la rentrée d'août 2021 sur le site «Business Village», le gymnase pourra accueillir jusqu'à 800 élèves, répartis entre une trentaine de salles de classe, treize salles de sciences et douze autres salles spéciales. Près de 60 postes d'enseignants seront créés.

Avec le soutien de la commune de Bussigny, associée au projet, le Conseil d'Etat louera une surface d'environ 9000 m2 pour une durée de dix ans au moins. Ce besoin de nouveaux gymnases se justifie notamment par la croissance démographique, ainsi que la crise sanitaire qui tend à augmenter le nombre d'élèves qui choisissent la voie gymnasiale, a noté la commission chargée de discuter le projet.

Une seule salle de fitness

Si ce besoin en tant que tel n'a pas suscité de débat, plusieurs députés de tous bords politiques ont par contre critiqué le manque d'infrastructures sportives dans ce projet. Seule une salle de fitness de 230 m2 est prévue, a relevé le député PLR Sergei Aschwanden, alors qu'il faudrait au moins le double et des espaces extérieurs selon lui. «Cela ne respecte pas les exigences fédérales et cantonales en matière d'éducation physique», a-t-il souligné.

D'autres parlementaires ont rappelé que le problème d'infrastructures sportives pas assez grandes dans les gymnases vaudois, au moment de l'élaboration des projets, était fréquent.

Le conseiller d'Etat Pascal Broulis s'est défendu du «cas particulier» de Bussigny. Il a rappelé l'urgence du besoin de nouvelles classes en cette période de pandémie, reconnaissant volontiers que ce projet accéléré «n'était pas idéal». Mais «c'est un projet important pour notre jeunesse», a-t-il toutefois insisté.

Les parlementaires ont logiquement accepté un amendement socialiste demandant au Conseil d'Etat d'effectuer une étude pour la réalisation d'infrastructures sportives pour le gymnase de Bussigny, à une très large majorité. Ils n'ont en revanche de justesse pas atteint les trois quarts des voix nécessaires du plénum pour enchaîner directement avec le deuxième débat.

Retour à la page d'accueil

ATS