Pas d'explosion des amendes à Genève avant le déconfinement

ATS

26.4.2020 - 20:17

La situation n'a pas posé de problème ce week-end même si des dizaines d'amendes d'ordre ont été prononcées par la police.
Source: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le week-end n'a pas donné lieu à une explosion des amendes d'ordre à Genève, alors que le «lent déconfinement» démarre lundi. Le dispositif de sécurité continue de dissuader les rassemblements, selon les autorités. Mais la réouverture de certains prestataires à la personne sera contrôlée.

«Il n'y a pas eu de problème particulier», a affirmé dimanche soir à Keystone-ATS le porte-parole du département de la sécurité (DSES) Laurent Paoliello. La situation des amendes a été «relativement stable».

Samedi, 63 d'entre elles ont été prononcées. Les chiffres pour dimanche n'étaient pas encore connus dans l'immédiat. Mais selon les premières indications, «la météo nous a aidés», dit M. Paoliello. Le nombre total depuis le début de la crise dépasse les 1560.

En revanche, certains jeunes adultes n'ont toujours pas compris l'importance de limiter les rassemblements. Des interventions ont eu lieu, souvent en raison du bruit plutôt que pour des violations des distances physiques. Preuve selon M. Paoliello que la répression menée par les forces de sécurité fonctionne. Un appel sur les réseaux sociaux à des célébrations musicales sur les toits a également provoqué certains débordements sur le bruit.

Les autorités genevoises lancent désormais un appel aux citoyens pour la première étape du déconfinement qui démarre lundi. «Les gens doivent bien comprendre que celui-ci sera lent» et l'importance de continuer à observer les distances physiques et l'hygiène requise, selon M. Paoliello.

Appel lancé sur les personnes à symptômes

Des contrôles seront lancés auprès des entreprises de prestation à la personne qui peuvent rouvrir. «On va se donner les moyens que cela réussisse», ajoute le porte-parole.

Le DSES redoute aussi la surcharge dans les douanes. Il appelle le Conseil fédéral à prendre en compte la situation genevoise lors de sa réunion de mercredi.

Autre préoccupation, les personnes qui auront des symptômes ne doivent pas rester chez elles en auto-quarantaine, comme au moment où les tests étaient insuffisants. «Elles doivent absolument contacter leur médecin» pour que tous les cas puissent être tracés, explique également le porte-parole.

Retour à la page d'accueil

ATS