La Fourmi rouge prend acte de l'alliance PS – Verts

nt, ats

16.1.2021 - 12:27

La Fourmi rouge, parti de la gauche radicale à Renens (VD), prend acte de l’alliance PS – Verts annoncée le 6 janvier. Il regrette qu'une vision tactique et opportuniste l’emporte sur cinq ans de travail commun et craint de perdre ses sièges à la Municipalité.

Didier Divrone est l'un des deux représentants de Fourmi rouge à la Municipalité de Renens. Le parti déplore la rupture de l'alliance rose-rouge-verte (archives).
ATS

Ce choix rompt avec une tradition établie à Renens depuis 2006 de préparer les élections communales en commun avec le PS et les Verts. Il risque d'être peu lisible pour la population et d’écarter la Fourmi Rouge de la Municipalité, déplore le parti samedi dans un communiqué.

Une politique d’alliance claire permet à la population de se reconnaître dans une liste et de se rassembler au 2e tour, en toute connaissance de cause, estime-t-il. C'est ainsi qu'une gauche plurielle représente la population.

Concurrence

Les différences entre les partis participent d’une complémentarité nécessaire et bienvenue au sein d’une gauche vivante. Manifestement, pour le PS et les Verts, il s'agit de concurrence plutôt qu’une complémentarité, regrette le parti implanté à Renens depuis près de 40 ans.

Fourmi rouge compte actuellement deux représentants à la Municipalité, Karine Clerc et Didier Divorne. Il présentera lundi ses candidats à l'exécutif et au législatif en vue des élections communales du 7 mars.

Le PS et les Verts feront ticket commun avec trois candidats pour le premier et deux pour les seconds. Outre les sièges occupés par les deux Fourmi rouge, la Municipalité compte actuellement 3 socialistes, un Vert et un PLR.

Retour à la page d'accueil

nt, ats