Retour à une époque où le réseau mobile n’était qu’un rêve

16.1.2020 - 16:39, phi

Lorsque le téléphone est devenu à la mode, les connexions étaient encore reliées individuellement par câble au central qui les transmettait. Comme ici à Stockholm, les tours téléphoniques ont rapidement franchi leurs limites.

Ceux qui, aujourd’hui, ne peuvent qu’écarquiller les yeux devant les moyens de communication antérieurs à l’ère du téléphone portable risquent d’avoir un choc si l’on remonte aux débuts de la téléphonie: lors de l’introduction du téléphone, des câbles raccordaient individuellement chaque foyer à un central téléphonique qui reliait l’interlocuteur à sa destination.

Pour cela, les câbles ont été laborieusement disposés sur les toits jusqu’à leur point de convergence. A Stockholm, il y a 130 ans, ce point était la Telefontornet, vers laquelle des fils convergeaient depuis des milliers de foyers. Mais ce type de connexion a rapidement atteint ses limites – non seulement à cause de l’enchevêtrement de câbles autour de la tour téléphonique, mais aussi parce que les conditions météorologiques extrêmes interrompaient sans cesse les connexions aériennes.

Des erreurs de débutant

Les compagnies téléphoniques ont appris des erreurs de débutant qu’ils ont commises – par exemple en postant initialement des hommes au central: lorsqu’il s’est avéré que les voix aiguës étaient plus compréhensibles sur les lignes de l’époque, seules des femmes ont été embauchées par la suite. Pour ce qui est des câbles, les fournisseurs se sont rapidement réorientés à se concentrer vers des raccordements souterrains.

Avec l’avènement des centraux téléphoniques semi-automatisés à Zurich-Hottingen en 1917 et enfin des nœuds de raccordement entièrement automatisés à Lausanne en 1923, les centraux téléphoniques ont disparu. A l’époque, personne n’aurait rêvé que les câbles du futur ne seraient ni plus ni moins que l’air.

Il y a 40 ans, la crise des otages en Iran

Le 4 novembre 1979, des étudiants iraniens prennent d'assaut l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran (archives).
Les étudiants iraniens radicaux qui occupaient l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran réclamaient l'extradition de l'ex-chah Mohammad Reza Pahlavi pour qu'il soit jugé en Iran (archives).
Le 9 novembre 1979, un des otages détenus à l'ambassade américaine de Téhéran est exhibé devant la foule. Cinquante-deux otages endureront 444 jours de captivité (archives).
Aux Etats-Unis, un drapeau américain est hissé pour chaque jour de captivité des otages en Iran. Ici, une photo du 3 novembre 1980, un an précisément après le début de la crise (archives).
Voir 4 autres images
[ { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/769c1348-c2d1-422d-a1bf-80dc538ef5be.jpeg?w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/769c1348-c2d1-422d-a1bf-80dc538ef5be.jpeg?w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/769c1348-c2d1-422d-a1bf-80dc538ef5be.jpeg?w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/769c1348-c2d1-422d-a1bf-80dc538ef5be.jpeg?w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/769c1348-c2d1-422d-a1bf-80dc538ef5be.jpeg?w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/769c1348-c2d1-422d-a1bf-80dc538ef5be.jpeg?w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Il y a 40 ans, la crise des otages en Iran</h1><p>Le 4 novembre 1979, des étudiants iraniens prennent d&apos;assaut l&apos;ambassade des Etats-Unis à Téhéran (archives).<br/>Photo: KEYSTONE/EPA/IRNA</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/ff8892e3-0c7b-44e7-b66d-38070faa9118.jpeg?w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/ff8892e3-0c7b-44e7-b66d-38070faa9118.jpeg?w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/ff8892e3-0c7b-44e7-b66d-38070faa9118.jpeg?w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/ff8892e3-0c7b-44e7-b66d-38070faa9118.jpeg?w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/ff8892e3-0c7b-44e7-b66d-38070faa9118.jpeg?w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/ff8892e3-0c7b-44e7-b66d-38070faa9118.jpeg?w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Il y a 40 ans, la crise des otages en Iran</h1><p>Les étudiants iraniens radicaux qui occupaient l&apos;ambassade des Etats-Unis à Téhéran réclamaient l&apos;extradition de l&apos;ex-chah Mohammad Reza Pahlavi pour qu&apos;il soit jugé en Iran (archives).<br/>Photo: KEYSTONE/AP/HERVE MERLIAC</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/9a119473-1c00-482a-8d03-c105fdca957d.jpeg?w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/9a119473-1c00-482a-8d03-c105fdca957d.jpeg?w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/9a119473-1c00-482a-8d03-c105fdca957d.jpeg?w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/9a119473-1c00-482a-8d03-c105fdca957d.jpeg?w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/9a119473-1c00-482a-8d03-c105fdca957d.jpeg?w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/9a119473-1c00-482a-8d03-c105fdca957d.jpeg?w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Il y a 40 ans, la crise des otages en Iran</h1><p>Le 9 novembre 1979, un des otages détenus à l&apos;ambassade américaine de Téhéran est exhibé devant la foule. Cinquante-deux otages endureront 444 jours de captivité (archives).<br/>Photo: KEYSTONE/AP/ANONYMOUS</p>" } , { "src": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/d5688b55-a359-41cf-bfb8-df86e459f01f.jpeg?w=1024&auto=format", "srcset": "https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/d5688b55-a359-41cf-bfb8-df86e459f01f.jpeg?w=1024&auto=format 1024w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/d5688b55-a359-41cf-bfb8-df86e459f01f.jpeg?w=750&auto=format 750w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/d5688b55-a359-41cf-bfb8-df86e459f01f.jpeg?w=620&auto=format 620w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/d5688b55-a359-41cf-bfb8-df86e459f01f.jpeg?w=450&auto=format 450w,https://production-livingdocs-bluewin-ch.imgix.net/2019/11/1/d5688b55-a359-41cf-bfb8-df86e459f01f.jpeg?w=320&auto=format 320w", "sizes": "90vw", "subHtml": "<h1>Il y a 40 ans, la crise des otages en Iran</h1><p>Aux Etats-Unis, un drapeau américain est hissé pour chaque jour de captivité des otages en Iran. Ici, une photo du 3 novembre 1980, un an précisément après le début de la crise (archives).<br/>Photo: KEYSTONE/AP/GENE PUSKAR</p>" } ]
Retour à la page d'accueil