Grisons et Valais Après les inondations de vendredi, l'heure est aux réparations

hl, ats

24.6.2024 - 17:25

Les recherches se sont poursuivies lundi dans le val Mesolcina, dans le sud des Grisons, pour retrouver les deux personnes encore portées disparues depuis les inondations et éboulements provoqués par les violentes intempéries de vendredi. Parallèlement se déroulent de nombreux travaux de remise en état de voies de communication et autres bâtiments, dans les Grisons comme en Valais, les régions les plus touchées, alors que les assureurs évaluent les dégâts.

Travaux de réparation sur l'autoroute A13 entre Lostallo et Soazza détruite par la force de la rivière Moesa, causée par de fortes pluies dans la vallée du Misox, à Lostallo, dans le sud de la Suisse, le lundi 24 juin 2024.
Travaux de réparation sur l'autoroute A13 entre Lostallo et Soazza détruite par la force de la rivière Moesa, causée par de fortes pluies dans la vallée du Misox, à Lostallo, dans le sud de la Suisse, le lundi 24 juin 2024.
KEYSTONE

24.6.2024 - 17:25

Deux personnes sont toujours portées disparues dans le val Mesolcina (Misox), a indiqué lundi un porte-parole de la police cantonale à Keystone-ATS. Les recherches n'ont pas été interrompues durant la nuit.

Des orages et de très fortes précipitations ont provoqué vendredi soir des crues et des éboulements dans la vallée. Le village de Sorte a été particulièrement touché, avec plusieurs maisons et véhicules emportés.

Quatre personnes avaient été portées disparues dans un premier temps. Samedi matin, les forces d'intervention ont pu sauver une femme et l'emmener à l'hôpital. Dimanche, le corps de l'une des trois personnes disparues a été retrouvé.

Les premières estimations des dégâts ont été effectuées par l'assurance immobilière cantonale. Quelque 200 bâtiments ont été endommagés dans la vallée, pour un montant évalué en «dizaines de millions de francs», a précisé à Keystone-ATS Marc Handlery, son directeur.

Travaux de réparation

Les centrales hydroélectriques du val Mesolcina ont également été touchées par les inondations, mais les dégâts sont moindres. Six installations de l'énergéticien Axpo ainsi que leurs lacs de barrages ont depuis été contrôlés et se trouvent dans un état «sûr» et partiellement «opérationnel», a indiqué lundi le groupe argovien. Les centrales ont été aussitôt arrêtées. Leur remise en service sera décidée à une date ultérieure.

S'agissant des infrastructures de transport, les premiers travaux de réparation ont commencé lundi sur l'A13, dont une partie a été emportée près de Lostallo, l'autoroute étant coupée à partir de cette commune du Val Mesolcina. Si les conditions météorologiques sont favorables, elle pourrait être partiellement rouverte au trafic, en direction du sud d'abord, dans un mois environ, selon l'Office fédéral des routes (OFROU)

Tant que l'A13 sera fermée à Lostallo (GR), il y aura un surplus de trafic sur les itinéraires alternatifs à travers les Alpes. «Nous sommes en train d'analyser les mesures qui nous permettront de maintenir un trafic aussi fluide que possible sur ces autres itinéraires», a précisé Jérôme Jacky, porte-parole de l'OFROU.

La fermeture de l'A13 est signalée le long des autoroutes. Pour la Suisse romande, l'itinéraire par le col du Simplon est recommandé pour les trajets vers le sud.

Les transports publics dans la Mesolcina ont quant à eux repris lundi matin. Les autorités grisonnes et les CFF ont toutefois averti qu'il faudrait s'attendre à un service irrégulier, voire à des retards. La route cantonale qui traverse la vallée a été rouverte dimanche soir, mais pas pour le trafic de transit, a ajouté le porte-parole de la police.

Haut-Valais

Ailleurs en Suisse, c'est surtout le Valais, principalement sa partie alémanique, qui a subi le plus de dégâts lors des intempéries de vendredi. La rivière Vispa, qui a débordé, a massivement affecté le tronçon ferroviaire reliant Viège à Täsch à trois endroits. Les travaux de remise en état devraient durer au moins jusqu'à la fin de la semaine. Des bus de remplacement circulent. Le tronçon ferroviaire menant jusqu'à Zermatt a, lui, pu rouvrir samedi soir déjà.

«Géologues et ingénieurs sont sur place pour analyser de quelle manière ces travaux pourront se faire», explique un porte-parole de la compagnie Matterhorn Gotthard Bahn. Les zones touchées, gorgées d'eau, «ne sont plus stables alors qu'elles sont déjà difficilement accessibles en temps normal», ajoute-t-il. Le reste du tronçon sera, lui aussi, analysé «mètre par mètre» pour s'assurer que tout est en ordre avant de relancer l'exploitation des rails.

Le Mattertal, très étroit et raide, est vulnérable aux dangers naturels, complète le porte-parole. Si ce n'est pas la première fois que la compagnie doit faire face à de tels événements, l'ampleur et la dimension des dégâts sont cette fois «inhabituels».

La compagnie ferroviaire, qui est assurée, ne peut encore articuler de coûts: ceux-ci doivent aussi être évalués par les experts. Il en est de même pour les autres assureurs du canton dont les équipes sont sur place pour évaluer les dégâts, alors que les déclarations de la clientèle commencent à arriver, ont indiqué divers assureurs, contactés par Keystone-ATS.

Gare aux moustiques

Autre conséquence de ces inondations, les moustiques se propagent de manière explosive, en particulier autour du lac de Constance. On peut déjà parler d'une invasion, ont indiqué lundi les autorités locales.

Selon Rainer Bretthauer, responsable de la protection de l'environnement de la ville allemande de Radolfzell, les inondations de ces derniers jours offrent des conditions parfaites pour la ponte des œufs, ce qui entraîne une reproduction massive.

Les moustiques dits «d'inondation» sont particulièrement féroces dans leur quête de sang, car ils doivent se reproduire rapidement avant que les conditions favorables ne disparaissent. «Au crépuscule, à plus de 18 degrés, ils deviennent agressifs», précise le responsable.

hl, ats