Le vote permettra de continuer la lutte contre la pandémie 

gd, ats

28.11.2021 - 19:11

Le oui du peuple à la loi Covid-19 permettra de poursuivre les efforts contre la pandémie, a indiqué dimanche Alain Berset devant les médias. Et le ministre de la santé d'avertir que les semaines à venir seront probablement tendues avec l'apparition du variant omicron.

Bundesrat Alain Berset spricht an einer Medienkonferenz, am Mittwoch, 24. November 2021, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider)
Image d'illustration 
KEYSTONE/Peter Schneider

gd, ats

28.11.2021 - 19:11

C'est la deuxième fois que le peuple soutient la loi Covid-19 en moins de six mois, a souligné le conseiller fédéral. «C'est la preuve que la démocratie fonctionne.» Et de rappeler que la Suisse est, à sa connaissance, le seul pays au monde où la population peut voter sur des éléments de gestion de la pandémie.

Le résultat, 62% de «oui», est le plus haut jamais atteint pour une loi contestée par référendum, d'après le Fribourgeois. La participation, qui s'élève à plus de 65%, est également importante. Le vote clair va permettre de poursuivre les efforts contre la pandémie et d'aider la population et les entreprises à faire face aux conséquences sociales et économiques de la crise.

Chômage partiel et certaines aides pourront être prolongés. Les manifestations culturelles seront mieux soutenues. Et le certificat sanitaire continuera d'être utilisé.

Réaction du Conseil fédéral suite à la votation sur la loi Covid

Réaction du Conseil fédéral suite à la votation sur la loi Covid

Réaction du Conseiller fédéral Alain Berset suite à la votation sur la loi Covid. La politique du Conseil fédéral sort affermie du oui à la loi Covid dimanche. La population a finalement été plus réceptive à la campagne discrète de six partis politiques, des milieux économiques, syndicaux et culturels qu'aux tonitruants appels des opposants.

28.11.2021

Deux pandémies parallèles

Le Conseil fédéral ne va toutefois pas prolonger sans raison les mesures en vigueur, a insisté Alain Berset. Il ne les maintiendra qu'aussi longtemps que la situation l'exigera. Celle-ci est actuellement tendue. Elle pourrait être compliquée par l'apparition du variant omicron en Afrique du Sud.

«Nous le connaissons encore très peu. Mais c'est une mutation importante», a-t-il poursuivi. «Certains éléments indiquent qu'il pourrait être résistant aux vaccins. C'est une très mauvaise nouvelle. Nous pourrions être confrontés à deux pandémies parallèles.»

En attendant d'avoir plus d'informations sur le sujet, le ministre de la santé appelle à l'unité après une campagne agitée. «Le débat est au coeur de la démocratie directe.» Mais les décisions prises ont toujours été et doivent toujours être respectées. «Que l'on ait voté oui ou non, ça ne change rien à l'affaire. Une décision a été prise. Nous devons maintenant nous réunir.»

Les violences, la haine, les menaces ne correspondent pas à la culture suisse, a-t-il continué. «Le virus s'inquiète peu de nos débats. Nous avons un adversaire commun. Nous devons tout faire, en tant que société, pour traverser l'hiver aussi bien que possible. Aujourd'hui, nous avons reçu un important signal en ce sens.»

gd, ats