Revue de presse Des facteurs mordus deux fois par semaine, l'excès de zèle des banques suisses

bas, ats

16.6.2024 - 08:07

L'incident entre Thomas Aeschi et la police fédérale, mais aussi l'application scrupuleuse des sanctions américaines par les banques suisses et les attaques de chien dont sont victimes les postiers font les titres de la presse dominicale. Voici les principales informations:

Une vue sur les quatre exemplaires des journaux du dimanche, avec la Sonntags Zeitung, le Sonntags Blick, Le Matin Dimanche et la NZZ am Sonntag.
Une vue sur les quatre exemplaires des journaux du dimanche, avec la Sonntags Zeitung, le Sonntags Blick, Le Matin Dimanche et la NZZ am Sonntag.
KEYSTONE

16.6.2024 - 08:07

Incident au Palais fédéral: fedpol va mener une enquête

L'Office fédéral de la police (fedpol) va mener une enquête interne après l'incident entre le chef du groupe parlementaire de l'UDC Thomas Aeschi et un policier armé en marge de la visite du président du Parlement ukrainien au palais Fédéral, indiquent la NZZ am Sonntag et le SonntagsBlick. Il devrait ensuite y avoir une entrevue avec le conseiller national zougois, a confirmé ce dernier aux journaux. Selon le SonntagsBlick, elle aura lieu jeudi.

M. Aeschi, qui a critiqué le dispositif de sécurité, et le conseiller national Michael Graber (UDC/VS) ont été énergiquement repoussés mercredi par des agents de la police fédérale hors du périmètre de sécurité pendant une photographie du président du Conseil national Éric Nussbaumer et du président du Parlement ukrainien Rouslan Stefantchouk.

Sanctions contre la Russie: l'excès de zèle des banques suisses

Par peur des autorités américaines, les banques suisses appliquent strictement les sanctions américaines, même contre les Russes qui ne sont pas sanctionnés par l'Union européenne (UE) ou la Suisse. Elles résilient ou gèlent non seulement les comptes des personnes concernées, mais aussi de leurs proches.

La FINMA, l'autorité suisse de surveillance des marchés financiers, a de son côté intensifié les contrôles auprès des banques pour s'assurer qu'elles respectent non seulement la législation suisse en matière de sanctions, mais aussi les lois étrangères. Malgré les démentis officiels du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), la pratique consistant à appliquer des sanctions américaines est très répandue, selon le journal.

Quand les chiens s'en prennent aux facteurs

Chaque année, une centaine de facteurs et de coursiers sont mordus par un chien, ce qui signifie environ deux attaques par semaine, soit bien plus que pour le personnel des services vétérinaires, selon des statistiques de la Suva, reprises par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Des psychologues animaliers expliquent dans les journaux que les chiens perçoivent leurs va-et-vient comme l'intrusion d'un étranger potentiellement nuisible. Il s'agit d'une volonté de l'animal de défendre son territoire, explique Anja Papenberg, éducatrice canine à Kloten (ZH). Après la première rencontre, le chien croit avoir réussi à chasser l'intrus, puisque le facteur est reparti, ajoute-t-elle. Or, il revient le jour suivant: «Aux yeux du chien, les facteurs sont donc manifestement réfractaires aux avertissements», relève l'experte.

Lausanne, la capitale de la consommation du crack

Lausanne est la capitale de la consommation du crack en Suisse, rapporte la NZZ am Sonntag, qui s'est basée sur le relevé des eaux usées de la Confédération. La ville vaudoise devance Coire, Schwyz et Zurich. Le vice-président de la commission fédérale pour les questions liées aux addictions et à la prévention des maladies non transmissibles Christian Schneider lance dans le journal un «appel urgent» à la remise par l'Etat de la cocaïne aux plus gros consommateurs et, ce, «le plus vite possible». Plusieurs villes étudient déjà en coulisses la manière dont une telle mesure pourrait être mise en place. Des experts ont été mandatés pour réfléchir à des projets-pilotes de distribution légale de cocaïne pour la consommation récréative.

Les paquets de 25, la parade des cigarettiers

Les cigarettiers ont déjà trouvé la parade face à l'interdiction à partir de cet automne de certaines actions de promotion, assure la SonntagsZeitung. Ils misent désormais sur les paquets plus gros, qui contiennent 25 cigarettes au lieu de 20. Il s'agit d'une sorte d'action permanente, les cigarettes étant ainsi nettement moins chères que dans un paquet traditionnel. Le but de ces paquets augmentés vise avant tout à ne pas perdre les personnes fumant cigarette sur cigarette, qui sont de plus en plus sensibles au prix.

bas, ats