L'alimentation pourrait avoir un impact sur la propagation du cancer du sein

CoverMedia

8.2.2018 - 16:34

Des spécialistes ont découvert que réduire la consommation d’asparagine chez les souris atteintes d’un cancer du sein triple-négatif permettait de contrer sa propagation.
Source: Covermedia

Des spécialistes ont découvert que réduire la consommation d’asparagine chez les souris atteintes d’un cancer du sein triple-négatif permettait de contrer sa propagation. Leur étude a été publiée dans le journal Nature.

Des chercheurs du Cedars-Sinai Medical Center ont découvert qu’en limitant un acide aminé, l’asparagine, sur des souris de laboratoire atteintes d’un cancer du sein triple-négatif, ils pouvaient considérablement réduire la capacité du cancer à se diffuser dans le corps. Parmi d’autres techniques, l’équipe a utilisé des restrictions alimentaires afin de limiter l’asparagine.

L'alimentation peut influencer le cours d’une maladie

«Notre étude s’ajoute à un ensemble de preuves qui suggèrent que l’alimentation peut influencer le cours d’une maladie», a déclaré l’auteur de l’étude, Dr Simon Knott, en précisant que si des recherches supplémentaires confirment les découvertes dans les cellules humaines, en limitant la quantité d’asparagine que les patients atteints du cancer ingèrent, cela pourrait représenter une stratégie potentielle pour augmenter les thérapies existantes et empêcher la propagation du cancer du sein. Parmi les aliments riches en asparagine, on compte les produits laitiers, le petit-lait, le boeuf, la volaille, les oeufs, le poisson, les fruits de mer, les asperges, les patates, les légumineuses, les noix, les graines, le soja et les céréales complètes, tandis que les aliments faibles en asparagine sont les fruits et les légumes.

Les chercheurs ont étudié les cellules du cancer du sein triple-négatif, qui se répandent plus vite que la plupart des autres types de cellules cancéreuses. Une analyse des études précédentes a permis de découvrir que la plupart des cellules tumorales restent dans le premier site du cancer, mais qu’un sous-ensemble de cellules quitte le sein et entre dans la circulation sanguine. En conséquence, ils ont découvert que l’apparition de l’asparagine synthétase dans une tumeur - les cellules de l’enzyme fabriquaint l’asparagine - était fortement associée à une propagation du cancer plus tard. «Les résultats de l’étude suggèrent fortement que les changements d’alimentation peuvent avoir un impact sur la façon dont un individu répond à la première thérapie et sur les risques de propagation létale de la maladie plus tard dans la vie», a expliqué le Dr Gregory J. Hannon de l’Université de Cambridge.

Les chercheurs envisagent désormais de conduire un essai clinique à la phase initiale durant lequel les participantes en bonne santé consommeraient un régime faible en asparagine. Les résultats pourraient potentiellement mener à la modification des traitements pour d’autres types de cancers.

L’intégralité de l’étude a été publiée dans le journal Nature.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia