Une poule facile pour le coq français

ATS

4.6.2018

Opposée au Danemark, au Pérou et à l'Australie, la France part largement favorite dans le groupe C. Le second ticket devrait se jouer entre les Danois et les Sud-Américains.

L'équipe de France semble au-dessus du lot dans le groupe C de la Coupe du monde. Les Bleus disposent notamment d'un potentiel offensif impressionnant. Ils ne devraient pas avoir de peine à franchir le premier tour face au Danemark, au Pérou et à l'Australie.

Le sélectionneur Didier Deschamps fait des envieux parmi ses collègues: avec des joueurs offensifs comme Griezmann, Mbappé, Dembélé ou Fekir et un milieu solide (Pogba, Kanté), il a de quoi voir venir. C'est peut-être dans le secteur défensif que la France pourrait éventuellement présenter quelques lacunes.

Deschamps succédera-t-il à Beckenbauer?

Capitaine des Bleus sacrés à domicile voici 20 ans, Deschamps rêve d'imiter Franz Beckenbauer, le dernier à avoir gagné la Coupe du monde comme joueur (1974) puis en tant que sélectionneur (1990). Son plus grand défi sera sans doute de gérer les égos, et d'arriver à construire un groupe dans lequel l'intérêt commun prendra le pas sur les ambitions personnelles.

"Certains disent qu'on a une poule facile, mais la réalité, c'est qu'on est le seul groupe où il y a trois équipes qui sont dans les douze premiers au classement FIFA", a tempéré Deschamps. La France est 7e, le Pérou 11e et le Danemark 12e.

Le Pérou, dernier qualifié pour le Mondial en passant par un barrage intercontinental (0-0, 2-0 contre la Nouvelle-Zélande), retrouve pour sa part la Coupe du monde pour la première fois depuis 1982. Une qualification "historique" retracée dans la vidéo ci-dessous.

Les Péruviens arrivent requinqués avec leur buteur et capitaine Paolo Guerrero (34 ans), qui a obtenu en justice le droit de disputer le tournoi malgré une suspension pour dopage. La sélection entraînée par l'Argentin Ricardo Gareca possède comme autre arme principale Jefferson Farfan (33 ans), qui ne sera pas dépaysé puisqu'il évolue au Lokomotiv Moscou.

Du côté du Danemark, également passé par les barrages, on compte notamment sur le meneur de jeu de Tottenham, Christian Eriksen. Le sélectionneur des Scandinaves a en tout cas lancé les hostilités en éreintant les Bleus. "Les équipes en haut du classement mondial sont les meilleures au Mondial, seulement, ce n'est pas le cas de la France", a fustigé Age Hareide, à la tête de la sélection danoise depuis 2015.

L'Australie fera office de gros outsider. Les Socceroos, avec un sélectionneur (Bert van Marwijk) en place depuis quelques mois seulement, manquent de joueurs de premier plan. Au point de devoir peut-être compter une fois encore sur l'éternel Tim Cahill (38 ans), qui reste pourtant sur une saison difficile.

Retour à la page d'accueil