GP de Russie : nouveau chapitre dans le duel Hamilton - Verstappen

ATS

23.9.2021 - 11:55

ATS

23.9.2021 - 11:55

Toujours aussi serré et toujours plus tendu, le duel pour le titre en Formule 1 entre Lewis Hamilton et Max Verstappen se déplace en Russie de vendredi à dimanche. Mercedes est invaincue sur ce circuit.

Max Verstappen et Lewis Hamilton se retrouvent ce week-end en Russie.
Keystone

Depuis que la F1 se rend à Sotchi, en 2014, le Britannique s'y est imposé à quatre reprises, laissant les trois autres victoires à ses équipiers Nico Rosberg (1) puis Valtteri Bottas (2). Alors que Verstappen aborde cette 15e manche sur 22 avec cinq points d'avance au championnat du monde, il pourrait donc en repartir avec un peu de retard sur son rival britannique.

D'autant que le Néerlandais prendra le départ du Grand Prix avec une pénalité de trois places sur la grille. Il avait été jugé «principal responsable» de son impressionnant accrochage avec Hamilton lors de la manche précédente à Monza lors du GP d'Italie.

Signal encourageant

L'an dernier, toutefois, il a offert à Red Bull son premier podium en Russie et y voit un signal encourageant. «C'était super de terminer deuxième parce que ça n'avait jamais été une piste très favorable à l'équipe», commente l'intéressé. «Cette année, nous sommes plus compétitifs et nous avons une meilleure voiture, donc il sera intéressant de voir ce que nous pouvons faire.»



Ce deuxième accrochage sérieux avec son adversaire de Mercedes – qui s'est terminé sur un double abandon, leurs deux monoplaces empilées -, Verstappen préfère l'évacuer. «Vous pouvez y penser autant que vous voulez, mais l'important est d'aller de l'avant et de continuer à attaquer», dit-il. «J'estime toujours qu'il s'agissait d'un incident de course, mais on a été pénalisé et il faudra faire avec.»

Faible écart

«Cela n'est pas idéal, c'est sûr, mais rien n'est perdu, c'est comme ça que je vois les choses», poursuit-il. «Au championnat, il reste beaucoup de courses et l'écart est faible. On va essayer de faire au mieux.»

Face à lui, Mercedes «espère poursuivre sa série de victoires en Russie, mais sait que cette année est complètement différente et s'attend encore à un week-end intense», assure le patron Toto Wolff.

L'Autrichien en profite pour rappeler que Hamilton, qui vise une 100e victoire symbolique en F1, «se bat pour le titre pour la 10e fois de sa carrière», alors que c'est la première pour son rival, et qu'il est «concentré avec une précision laser sur ce qu'il doit réaliser lors des huit prochaines courses».

Après un an et demi d'une vie de moine à cause du Covid-19, le septuple champion du monde a retrouvé le goût d'avant la semaine dernière au prestigieux gala de charité du Metropolitan Museum of Art de New York. Le pilote de 36 ans a partagé sa table avec de jeunes stylistes noirs, alliant sa passion pour la mode à son combat pour la diversité. Or, on sait que les infidélités d'Hamilton à la F1 sont un ingrédient de son succès.

Obstacle

Reste à savoir dans quel état est son cou, douloureux il y a 10 jours après avoir été touché sur le sommet du casque par la roue de Verstappen.



Un autre obstacle sur la route du Britannique pourrait être son équipier Valtteri Bottas, à qui Sotchi réussit (avec une pole position, cinq podiums dont deux victoires, et un presque succès en 2018, avant qu'on lui ordonne de laisser son leader s'imposer).

Le Finlandais aura à coeur d'enchaîner après un GP convaincant en Italie (auteur de la pole position mais 19e sur la grille à cause d'une pénalité, il s'est finalement classé troisième). Et son dévouement à Mercedes n'est plus forcément le même sachant qu'il quittera l'équipe la saison prochaine.

ATS