24 Heures du Mans Porsche ? Ferrari ? Toyota ? Une course ouverte comme jamais

ATS

15.6.2024 - 04:00

Porsche pour une vingtième victoire? Ferrari pour un doublé? Toyota, Cadillac ou pourquoi pas Alpine? Le plateau royal des 24 Heures du Mans promet une course ouverte comme jamais pour cette 92e édition, dont le départ sera donné samedi à 16h00.

Le coup d’envoi de la 92e édition des 24 Heures du Mans sera donné ce samedi 15 juin à 16 heures (photo d'illustration).
Le coup d’envoi de la 92e édition des 24 Heures du Mans sera donné ce samedi 15 juin à 16 heures (photo d'illustration).
IMAGO

15.6.2024 - 04:00

«Je pense que celui qui gagnera cette édition des 24 Heures sera celui qui aura une course limpide, une course sans pénalité, sans bac à gravier (...) il va falloir faire la course parfaite», pronostique Kévin Estre. Le Français s'élancera en pole position au volant d'une Porsche officielle, après avoir dominé les qualifications.

Depuis 2023 et l'arrivée de plusieurs grands noms de l'automobile, l'endurance vit un âge d'or: à ce jour, les principaux bénéficiaires en ont été Ferrari, vainqueur dans la Sarthe l'an dernier, Toyota, champion du monde 2023, et Porsche, qui domine la saison en cours du championnat du monde (WEC).

Au total, 23 Hypercars seront au départ au Mans (avec 16 LMP2 et 23 LMGT3, les catégories inférieures), et aucune équipe n'accepte l'étiquette de favori. Ferrari, qui aligne trois prototypes, fait profil bas: «je crois que nous ne sommes pas l'équipe à battre cette année», assure le directeur de l'endurance Antonello Coletta.

Porsche avec six voitures

«L'an dernier, nous étions un peu plus rapides par rapport à nos concurrents, mais nous avions des soucis de fiabilité», complète le pilote Ferrari Alessandro Pier Guidi, vainqueur 2023 au volant de la no 51. «Cette année nous avons beaucoup progressé sur la fiabilité, mais il nous manque de la vitesse. On verra ce qu'on peut faire avec ça», poursuit l'Italien.

Outre Ferrari, Toyota et Porsche semblent au-dessus du lot. La marque allemande, représentée au Mans par six voitures (trois officielles et trois «clientes") a largement dominé le début de la saison.

Impondérables

Vainqueur de cinq éditions consécutives du Mans entre 2018 et 2022 mais battu l'an dernier, le constructeur japonais Toyota a une revanche à prendre. «Il y a de la concurrence comme jamais, mais Toyota reste l'archi-favori au niveau des performances aujourd'hui sur le papier», estime ainsi le pilote manceau Sébastien Bourdais (Cadillac).

«Le Mans est une course qui choisit souvent son vainqueur», philosophe Bourdais, qui n'a jamais remporté l'épreuve en catégorie reine en 16 participations: «Il y a tellement d'impondérables. Tu ne peux pas tout contrôler. Il y a un facteur chance». D'autant que la pluie pourrait jouer les trouble-fête.

ATS