Claude Gross : "Avec le Lausanne-Sport, c'est un peu l'inconnu"

Teleclub NL

16.9.2020 - 05:00

Alors que la saison 2020/2021 de Super League commence le week-end prochain, trois consultants de Teleclub ont livré leurs impressions sur les clubs romands engagés. Et pour débuter, Claude Gross nous a donné son analyse du néo-promu, le FC Lausanne-Sport, et ses pronostics.

Claude Gross: "Pour Lausanne, c'est important d'aller dans la continuité."
Keystone

Selon vous, que peut-on attendre du Lausanne-Sport, néo-promu, pour son retour en Super League ?

"C'est difficile si l'on parle du LS d'avant ou d'après coronavirus. Avec le Lausanne d'avant Covid-19, je dirais qu'on peut attendre beaucoup de choses, à l'image du Servette FC l'année passée. S'ils retrouvent ce qu'ils avaient fait en début de saison dernière surtout, je pense qu'ils peuvent faire bonne figure dans ce championnat. Et cela malgré le peu de renforts pour l'instant."

Justement, le LS a été peu actif sur le marché des transferts cet été, avec "seulement" trois arrivées (le latéral Marc Fred Tsoungui, le défenseur Moritz Jenz et l'ailier Rafik Zekhnini). Comment jugez-vous cet effectif ?

"Ils ont remplacé Dan Ndoye (parti à Nice) par Rafik Zekhnini, qui peut être intéressant. Et à la place d'Igor Nganga (sans club), ils ont pris Moritz Jenz. Pour le moment, ils ont comblé les départs. Après, la période des transferts est encore longue (jusqu’au 12 octobre prochain). Ils pourront peut-être commencer avec cet effectif et apporter ensuite les retouches nécessaires, sans tout chambouler. C'est important d'aller dans la continuité, bien que je trouve qu'il serait bon de renforcer un poste pour chaque ligne dans la colonne vertébrale du LS."

Ce contingent est-il assez solide pour la Super League ? Le LS dispose-t-il de suffisamment de profondeur au niveau de joueurs ? 

"La profondeur sera certainement amenée par les jeunes de Team Vaud. Mais c'est clair qu'on a vu, avec notamment l'absence de Noah Loosli (blessé pendant deux mois), qu'il faut un arrière central titulaire. Je pense qu'il faudrait aussi à Lausanne un numéro 6 et un numéro 10. Cette colonne-là, il la faut avec des joueurs expérimentés. Je ne sais pas s'ils ont décidé d'attendre, mais cet effectif avait de la qualité en début d'exercice 2019/2020. On l'a vu, notamment en Coupe de Suisse, avec l'élimination du FC Lugano (3-0 en 16es de finale) et de NE Xamax (6-0 en 8es) et en faisant bonne figure contre le FC Bâle (défaite 3-2 ap en quarts)."

À l’image du Servette FC la saison dernière, Lausanne peut-il imposer sa jouerie dans la première division helvétique ?

"J'ai l'impression que c'est la nouvelle mode et que tout le monde veut imposer son jeu. Servette l'a très bien fait en se renforçant très intelligemment avec les arrivées du défenseur Vincent Sasso et du milieu Gaël Ondoua, qui ont fait la différence. Ne pas tout changer, c'est intelligent. Ce n'est pas en changeant de Ligue qu'il faut tout révolutionner. Il faut garder l'assise avec une ou deux retouches. Je pense qu'il n'y a pas de raison que Lausanne, même si ça s'est enrayé après l'arrêt du championnat, n'ait pas les moyens d'imposer son jeu en Super League. Maintenant, il faudra voir si des joueurs comme Andi Zeqiri ou Aldin Turkes vont confirmer au haut niveau."

Le LS peut-il également surfer sur la vague de sa promotion et sur l'engouement autour de l’arrivée de son nouveau stade ?

"Oui, ça peut être un facteur. Mais à mon avis, les cartes ont été redistribuées avec l'arrêt des compétitions. Avec les matches à huis clos et avec une préparation un peu écourtée, le contexte est complètement différent. Mais effectivement, quand on est promu, on peut surfer sur cette lancée-là. Mais le LS sera-t-il sur cet élan ? Lausanne a quand même fini en difficulté. S'il avait conclu sa saison comme il l'avait commencée, j'aurais dit oui. Maintenant, il y a un nouveau contexte et c'est sûr que le nouveau stade amène une motivation supplémentaire. Mais malheureusement ça ne fait pas tout."



Donc, plus généralement, où placeriez-vous ce Lausanne-Sport au classement ?

"Je le mettrais autour de la 6e place. Après, le LS reste l'inconnu par rapport à sa collaboration avec l'OGC Nice. Il y a un nouveau directeur sportif (Souleymane Cissé) et c'est une nouvelle page qui se tourne. De l'extérieur, ce n'est pas simple d'en parler. On sera assez vite fixé en fonction des transferts et du chemin qu'ils veulent prendre. Les premiers matches de championnat seront aussi forcément importants. Ils ont un début de saison difficile (avec un derby lémanique) et on sait que celui-ci conditionne beaucoup de choses. Pour moi, Lausanne est un peu l'inconnu. Mais bien sûr, on espère qu'il fera une belle saison et qu'il arrivera à se stabiliser en Super League."

Et à quelle place voyez-vous les autres clubs romands, notamment Servette, 4e de l'exercice précédent ? 

"Je vois Servette continuer sa progression, car - de nouveau - peu de choses ont changé. On dit que la deuxième saison est la plus dure, mais ce n'est que de la théorie. Au contraire, pour leur second exercice, ils doivent continuer sur leurs acquis. L'an dernier, je crois que je les avais mis 5e. Pour cette année, je les mettrais à la 3e ou à la 4e place. C'est à leur portée, derrière les deux équipes - semble-t-il - intouchables (à savoir Young Boys et Bâle)."

Et quid du FC Sion, 8e la saison dernière ?

"Je placerais le FC Sion au 5e rang. Je trouve que ça serait une belle performance. Les Valaisans partent de très loin, mais j'ai envie d'y croire. L'effectif n'a pas tant bougé malgré plusieurs départs importants. Avec les arrivées de Geoffroy Serey Die et de Gaëtan Karlen et avec un peu de stabilité, pourquoi pas. Ça serait bien pour le football romand d’avoir Servette 3e ou 4e, Sion 5e et Lausanne 6e."



Par ailleurs, qui voyez-vous devenir champion de Suisse ?

"Je vois clairement un quatrième titre d'affilée pour les Young Boys."

À l'inverse, quelles équipes seront candidates à la place de barragiste et à la relégation ? 

"Pour la relégation, ça serait clairement Vaduz. En comparaison avec NE Xamax ou le FC Thoune (tous deux relégués en Challenge League), les Liechtensteinois partent de beaucoup plus loin. Pour la place de barragiste, il y aurait plusieurs équipes. Mais je vais quand même mettre une petite pièce sur le FC Lugano, en raison notamment du contexte autour du club."


Retour à la page d'accueilRetour au sport