Ligue des champions


Face à Valence, YB se doit de réagir

ATS

22.10.2018

S'ils entendent au moins accrocher la 3e place et un ticket pour l'Europa League, les Young Boys devront absolument comptabiliser face à Valence (mardi, à 18h55, sur Teleclub).

Gerardo Seoane: "Avec de la concentration et de l'agressivité, nous allons essayer d'inscrire nos premiers points."
Gerardo Seoane: "Avec de la concentration et de l'agressivité, nous allons essayer d'inscrire nos premiers points."
Getty Images

Deux matches, deux défaites 3-0 contre Manchester United d'abord, puis face à la Juventus. L'aventure des Young Boys en Ligue des champions a bien mal commencé. C'est dire que la venue de Valence au Stade de Suisse mardi (18h55) est déjà cruciale pour les Bernois.

Sur le papier, le club espagnol est le plus "abordable" pour YB. L'équipe de Gerardo Seoane espère donc débloquer son compteur de points, mais aussi enfin marquer un but dans ce groupe H. L'entraîneur n'a pas dévoilé grand-chose lors de la conférence de presse, comme c'est souvent le cas. "Nous ne nous mettons pas de pression", a-t-il notamment déclaré.

"Nous connaissons les rapports de force dans notre groupe. Avec de la concentration et de l'agressivité, nous allons essayer d'inscrire nos premiers points", a poursuivi Seoane.

Confiance à Wölfli

YB sera privé de son gardien titulaire David von Ballmoos, victime d'une commotion lors du rocambolesque nul 3-3 samedi à Zurich. Ce forfait ne complique pas la tâche de l'entraîneur. "J'avais déjà dit avant le début de la saison que nous avions un problème de luxe à ce poste. Nous disposons de deux très bons gardiens."

Marco Wölfli effectuera donc ses débuts en Ligue des champions à 36 ans. "A Zurich, il a été immédiatement prêt. Et il nous a à nouveau bien aidé", a dit Gerardo Seoane.

L'adversaire de mardi, le FC Valence, est le grand spécialiste du match nul cette saison en Liga. Les hommes de Marcelino Garcia ont gagné un seul match et n'ont été battus aussi qu'une fois. Et à sept reprises, la partie n'a pas trouvé de vainqueur.

Bilan famélique

Les problèmes de Valence se situent dans le secteur offensif. Sept buts en neuf rencontres, c'est un bilan famélique pour une équipe qui a quand même dans son effectif le Belge Michy Batshuayi, prêté par Chelsea, le Français Kevin Gameiro ou encore l'Hispano-Brésilien Rodrigo.

En Ligue des champions, les Espagnols n'ont eux aussi pas encore trouvé le chemin des filets. Ils ont été battus 2-0 chez eux par la Juventus, avant de ramener un valeureux 0-0 de leur déplacement à Old Trafford contre Manchester United.

Gerardo Seoane n'accorde toutefois qu'une importance limitée à ces chiffres. "On ne peut pas comparer les championnats en Suisse et en Espagne. Le jeu de Valence se base sur une défense très solide, et ils ont un gros potentiel en attaque", a-t-il expliqué en allemand, avant de faire lui-même la traduction pour les journalistes ibériques.

Valence évolue cependant loin du niveau de ses meilleures années. Le club avait atteint la finale de la Ligue des champions en 2000 et 2001, avant de remporter la Coupe UEFA en 2004. En C1, après leurs deux finales perdues, les Espagnols n'ont franchi la phase de groupes qu'en 2011 et 2013 et ont été éliminés dès les 8es de finale.

Retour à la page d'accueilRetour au sport