L'année du retour au sommet pour le FC Bâle ?

ld, ats

24.7.2021 - 05:00

ld, ats

24.7.2021 - 05:00

Les Young Boys réussiront-ils la passe de cinq ? Titrés depuis 2018, les Bernois n'abordent pas la nouvelle saison de Super League, qui débute ce samedi, avec les mêmes assurances que lors des exercices précédents.

Pajtim Kasami est resté fidèle au FC Bâle.
KEYSTONE

Ils la disputeront dans un premier temps sans leurs deux leaders, le capitaine Fabian Lustenberger et le buteur Jean-Pierre Nsame, qui doivent soigner jusqu'à la fin de l'année une blessure au tendon d'Achille. Par ailleurs, les Bernois seront dirigés par un nouvel entraîneur en la personne du David Wagner. Très proche de Jürgen Klopp, le Germano-Américain sort de deux expériences bien traumatisantes à Huddersfield et à Schalke 04.

Le 0-0 concédé mercredi en Slovaquie face au Slovan Bratislava dans le cadre du tour préliminaire de la Ligue des Champions a souligné les limites actuelles du quadruple champion de Suisse en titre. A Bratislava, David Wagner a composé sans les deux nouvelles recrues, l'international M21 Alexandre Jankewitz et l'attaquant français Wilfried Kanga, qui pourraient s'affirmer comme deux véritables renforts. En revanche, les Bernois risquent de perdre ces prochains jours Christian Fassnacht qui suscite l'intérêt de Mayence notamment.

Le pari Esposito

Malgré une offre ferme de l'Olympiakos, Pajtim Kasami est, pour sa part, resté fidèle au FC Bâle. Le champion du monde M17 est convaincu que cette année sera la bonne pour le FCB. Nouvel homme fort du club, David Degen a eu l'intelligence de maintenir Patrick Rahmen à la tête de la première équipe. Le successeur de Ciriaco Sforza a très vite ramené la paix dans son vestiaire.

Par ailleurs, David Degen a fait le pari de miser sur l'un des grands espoirs du football italien avec le prêt par l'Inter de l'attaquant de 19 ans Sebastiano Esposito. Lancé en Ligue des Champions et en Série A à 17 ans, il doit toutefois faire oublier sur les bords du Rhin des expériences en demi-teinte la saison dernière en Série B à la Spal et à Venise.

Détenteur de la Coupe de Suisse, le FC Lucerne a arrêté le choix inverse du FC Bâle. Avec Holger Badstuber et Christian Gentner, âgés respectivement de 32 et de 25 ans, Fabio Celestini pourra compter sur deux joueurs qui ont livré au total plus de 600 matches en Bundesliga. L'entraîneur vaudois retrouvera également Samuele Campo qui fut son maître à jouer à Lausanne. Les Lucernois ont vraiment les moyens de s'affirmer comme la troisième force de la Super League.

L'homme idoine

Le trio romand nourrit sans doute la même ambition. A la vielle des trois coups du championnat, il n'est pas aisé d'émettre le moindre pronostic autour du Servette FC, du Lausanne-Sport et du FC Sion. Troisième la saison dernière, le Servette FC sera-t-il en mesure une troisième fois d'obtenir un classement flatteur qui n'est pas conforme à la réalité de son budget ? A Lausanne, les retours à Nice dans le club phare de la galaxie Ineos de Lucas Da Cunha et d'Evann Guessand ne vont-ils pas affaiblir l'équipe désormais dirigée par Ilija Borenovic ?

Enfin à Sion, la seule présence de Gelson Fernandes, intronisé désormais comme le grand sage du club, freinera-t-elle vraiment toutes les dérives présidentielles ? Par son aura, par son intelligence et par son empathie, l'ancien demi international est l'homme idoine pour (re)donner enfin une âme à son club de coeur.

Avec les Young Boys, trois autres clubs entameront ce championnat avec un nouvel entraîneur. L'Allemand André Breitenreiter débarque au FC Zurich au sein d'un club qui a perdu bien des forces vives avec les départs de Marco Schönbächler, de Toni Domgjoni et de Benjamin Kololli. A Lugano, le Brésilien Abel Braga s'apprête à 68 ans à relever l'un des défis les plus périlleux de sa longue carrière: remettre un club sur le droit chemin après l'épisode tragi-comique de son vrai-faux rachat par des investisseurs peu scrupuleux.

Non-reconduit à Lausanne malgré son désir affirmé de poursuivre une aventure qui restera belle, Giorgio Contini a rebondi aux Grasshoppers. En mains chinoises, le «Rekordmeister» aux 27 titres n'est plus que le club ferme de Wolverhampton. Même si ses dirigeants affirment que le club va retrouver très vite son lustre d'antan, les Grasshoppers risquent de souffrir d'un déficit certain d'ancrage local. Mais cette problématique poursuit pratiquement tous les autres clubs de la Super League. Les effets pervers de l'arrêt Bosman ont, au fil des années, dénaturé un championnat dont le niveau contraste de plus en plus avec celui de son équipe nationale.


ld, ats