60 perquisitions

Le football belge secoué

10.10.2018

Une soixantaine de perquisitions ont été menées dans sept pays européens, dont la Belgique et la France. Ces actions ont été faites dans le cadre d'une enquête portant sur des soupçons de fraudes dans le championnat de football belge, a annoncé le parquet fédéral.

Des fans de l'équipe national de Belgique (Image d'illustration)
Des fans de l'équipe national de Belgique (Image d'illustration)
Keystone

Au total, 220 policiers ont été mobilisés en Belgique, France, Luxembourg, à Chypre, au Monténégro, en Serbie et en Macédoine. "Un grand nombre de personnes" ont été interpellées, a précisé le parquet fédéral dans un communiqué, sans donner aucune identité.

Un peu plus tôt, une porte-parole du parquet fédéral avait confirmé à l'AFP l'interpellation d'un agent de joueurs réputé, Mogi Bayat. Cela confirmait une information donnée par plusieurs médias.

Selon les médias belges, Ivan Leko, l'entraîneur du FC Bruges qui dispute cette saison la Ligue des champions, a également été interpellé. L'ancien manager général d'Anderlecht Herman Van Holsbeeck serait aussi concerné.

L'enquête porte sur des fraudes sur les commissions liées aux transferts de joueurs, mais aussi sur des matches truqués en Jupiler Pro League, la première division belge, a indiqué le parquet fédéral.""L'instruction judiciaire couvre des activités menées dans le cadre d'une organisation criminelle, le blanchiment d'argent et la corruption privée", poursuit le parquet fédéral.

Les sièges de "plusieurs clubs" de Jupiler Pro League comptent parmi les sites perquisitionnés, selon le parquet fédéral. Plusieurs médias ont cité les clubs du FC Bruges, d'Anderlecht et du Standard de Liège.

Les raids policiers ont aussi visé les domiciles de "responsables de clubs, d'agents de joueurs, d'arbitres, d'un ancien avocat, d'un bureau comptable, d'un entraîneur, de journalistes et de quelques complices éventuels", toujours selon le communiqué du parquet.

L'enquête sous l'autorité du parquet fédéral, compétent en matière de crime organisé, a débuté fin 2017 à la suite d'un rapport de l'Unité des fraudes sportives de la police fédérale qui révélait "des indications de transactions financières suspectes" dans le championnat de première division.

Retour à la page d'accueil