"Il est temps de montrer les dents" - Le LS hausse le ton

ATS

1.5.2020 - 10:52

Le Lausanne-Sport s'apprête à hausser le ton. Le leader de la Challenge League a sollicité une réunion avec la Swiss Football League (SFL) en début de semaine prochaine pour obtenir certaines assurances.

Le vice-président du Lausanne-Sport Stefan Nellen a fait part de sa grande crainte.
Keystone

A défaut, contrairement à la SFL, de confirmer de manière officielle la tenue de cette réunion, le vice-président du Lausanne-Sport Stefan Nellen fait part de la grande crainte que peut nourrir son club devant la situation extraordinaire provoquée par la pandémie du coronavirus.

Le Lausanne-Sport redoute, en effet, que la SFL décrète la saison 2019/2020 «blanche» si le championnat de la Super League ne devait pas reprendre. On le sait, quatre clubs – Lugano, Sion, Neuchâtel Xamax et Thoune – sont opposés à une reprise à huis clos qui a été rendue possible par les mesures d'assouplissement du Conseil fédéral communiquées mercredi.

Plusieurs présidents envisagent une reprise de la saison à la seule condition de pouvoir toujours bénéficier du recours au chômage partiel pour les joueurs. «Je doute que cette mesure pourra s'appliquer. Les RHT ne seront pas vraiment appropriés dans un tel cas, souligne Stefan Nellen. Le salut doit venir d'une aide de la Confédération. Il faut soutenir davantage le sport professionnel en Suisse. Surtout aujourd'hui avec des clubs qui sont vraiment menacés de faillite. Si des faillites sont prononcées, les coûts seront énormes, tant en terme d’emplois que pour le domaine de la formation.»

Leader de la Challenge League avec 15 points d'avance sur Vaduz et les Grasshoppers, le Lausanne-Sport mérite sur le terrain mille fois sa place en Super League la saison prochaine. Mais avec la décision de maintenir une formule à dix clubs, le risque d'une saison «blanche» existe vraiment.

«Je ne veux pas exagérer en disant qu'il est temps de montrer les dents. Mais nous devons faire entendre notre voix à la SFL, poursuit Stefan Nellen. Je n'aimerai pas que les clubs vaudois soient les grands dindons de la farce après la décision de la Première ligue qui interdit à Yverdon d'évoluer en Challenge League.»

A écouter Stefan Nellen, la SFL a commis une erreur fatale: celle de n'avoir pas su imposer une Super League à 12 équipes la saison prochaine. «A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. La SFL aurait dû dire aux clubs qu'une Super League à 12 était la seule solution, explique-t-il. L'unique choix à arrêter. Les Grasshoppers ont même avancé une proposition intéressante pour satisfaire les clubs qui s'accrochent à un championnat à 10: que le 11e et le 12e soient reversés en Challenge League après les deux premiers tours.» Le dirigeant vaudois pointe, ainsi, une communication trop bâclée de la part des dirigeants de la SFL.

Retour à la page d'accueilRetour au sport