Petkovic: "Je suis remis en question trop souvent"

ATS

14.10.2019 - 17:46

La Suisse, battue 1-0 au Danemark, a dû s'astreindre à un exercice difficile avant de recevoir l'Eire à Genève en éliminatoire de l'Euro 2020. Analyser de manière critique un match nettement dominé.

Or, que dire quand on a presque tout fait juste (le «presque» étant, justement, le problème)? «Ca ne sert à rien de trop penser à ce qui s'est passé à Copenhague, estime Yann Sommer. Après le match, nous nous sommes parlé et c'était finalement simple: tête haute, montrer courage et passion contre l'Irlande tout en restant cool.»

Le portier de l'équipe de Suisse ne se voile pas la face pour autant et concède que cette défaite «fait mal» parce que subie après avoir «réalisé une belle performance». Et aussi parce qu'elle place la Suisse dans une situation d'urgence mardi. Granit Xhaka, inébranlable, répond: «Ce n'est pas la première fois que nous avons la pression. Nous avons la pression à chaque match, nous sommes habitués, nous vivons avec.»

Pas de quoi paniquer donc, pour la délégation helvétique emmenée par un Vladimir Petkovic qui a une fois de plus voulu témoigner son immense confiance en ses joueurs. «Nous devons nous concentrer sur nous et notre jeu. Nous devons nous appuyer sur toutes les bonnes choses que nous avons faites au Danemark.»

Peut-être, mais la Suisse et son Mister jouent gros à Genève. «Ces périodes où l'on est remis en question sont normales dans le football. Elles arrivent régulièrement, quoique peut-être un peu trop souvent me concernant...», plaisante Petkovic. «Il ne s'agit cependant pas de moi ou des individus, il s'agit de l'équipe de Suisse et c'est cela qui compte.»

ATS

Retour à la page d'accueilRetour au sport