Quel avenir pour Ricardo Rodriguez?

ATS

16.4.2020

Le plan de relance avait fonctionné pour Ricardo Rodriguez. Prêté au PSV Eindhoven par l'AC Milan à la fin janvier, l'international suisse avait retrouvé ses sensations. Mais la crise du coronavirus est passée par là.

Ricardo Rodriguez avait été prêté au PSV Eindhoven par l'AC Milan en janvier.
Twitter

Le Zurichois peut se mordre les doigts. Lorsque les compétitions ont été suspendues début mars, il venait tout juste de réellement lancer sa saison 2019-20. Il n'avait pas mis bien longtemps avant de convaincre les suiveurs du championnat néerlandais. Et notamment ceux de son club.

«Il fait des choses logiques sur le terrain. Il apporte beaucoup vers l'avant et permet à l'équipe de conserver le ballon», dit ainsi de lui son entraîneur Ernest Faber. Une déclaration qui remonte à l'après-match qui a suivi une victoire du PSV à Groningue. La dernière rencontre en date avant que le football ne se mette en pause.

Mais ce n'était pas une première. Dès ses débuts comme titulaire un mois plus tôt lors d'un match remporté 3-0 contre Willem II, Faber avait loué «l'autorité naturelle» de son latéral gauche. Le Suisse, disait-il, permettait d'amener «les jeunes à un haut niveau». «Nous avons beaucoup de joueurs très talentueux, relevait de son côté Rodriguez. Grâce à mon expérience, je peux leur transmettre quelque chose de plus. Et j'ai le sentiment qu'ils m'écoutent.»

Une première partie de saison sur le banc

L'impression d'un transfert salutaire. Car la première partie de saison vécue du côté de Milan n'avait pas grand-chose de positif pour Rodriguez. Lui qui n'avait jamais vraiment convaincu avec les Rossoneri se voyait doublé par l'arrivée de Theo Hernandez en provenance du Real Madrid.

Bien plus percutant, le Français, recruté pour environ 20 millions d'euros, n'avait même pas laissé croire à un semblant de concurrence. Entre le 21 septembre et son départ à Eindhoven, Rodriguez n'eut droit qu'à une seule apparition. Lors d'une déculottée contre l'Atalanta Bergame (5-0). Pas de quoi donner tort à l'entraîneur Stefano Pioli.

Le problème pour Rodriguez? A 28 ans, l'ex-grand espoir n'avait jamais connu une telle situation. Depuis ses débuts professionnels au FCZ il y a dix ans, il avait toujours joué ou presque. Que ce soit à Zurich, à Wolfsburg ou lors de ses deux premières saisons milanaises, il n'avait jamais vraiment connu le banc. Pareil avec l'équipe de Suisse.

Dans l'optique d'un Euro désormais reporté d'un an, il lui importait de retrouver du temps de jeu. Naples manifesta son intérêt. Refus net du Milan: pourquoi renforcer un concurrent direct? Fenerbahçe aussi n'était pas insensible au profil, mais les restrictions imposées par le Fair-Play Financier ont rendu impossible une quelconque offre.

C'est finalement le PSV Eindhoven qui parviendra à tirer son épingle du jeu, en toute fin de mercato. Mais un simple prêt jusqu'au 30 juin, sans option d'achat. Sans doute Rodriguez espérait-il convaincre par ses prestations sur le terrain, aux Pays-Bas comme lors de l'Euro. Histoire de se trouver une autre porte de sortie à l'été. Mais avec la pandémie de coronavirus, cela semble remis en question.

Quel avenir?

Même si on peut imaginer qu'il continuera à porter le maillot du PSV lorsque les compétitions reprendront et qu'il s'agira de terminer la saison. La semaine dernière, la FIFA a en effet recommandé aux clubs de prolonger les contrats se terminant cette année au moins jusqu'à la fin effective de la saison. Aux Pays-Bas comme ailleurs, cela devrait faire office de doctrine.

Mais pour la suite, l'heure n'est pas à lever les doutes. Un retour au Milan, simplement pour profiter du banc, semble improbable. Sous contrat jusqu'en 2021, Rodriguez n'a pas tant d'intérêt à revenir du côté de San Siro. D'autant que le Milan a trouvé en Théo Hernandez l'un des éléments-clés de son futur.

Alors quel avenir pour Rodriguez? Une poursuite de l'aventure néerlandaise? La crise risque d'atteindre les finances du club d'Eindhoven. Seront-elles suffisantes pour garder l'international suisse? Lors des négociations de l'hiver entre les deux clubs, le Milan s'imaginait bien récupérer en échange de Rodriguez le capitaine du PSV Denzel Dumfries. Mais la valeur de celui-ci est bien plus élevée. Le club lombard comptait beaucoup sur les performances de Rodriguez à l'Euro pour lui redonner de la valeur et faciliter le troc. Un espoir anéanti. La pause forcée doit être source de quantité de questionnements pour Ricardo Rodriguez.

Retour à la page d'accueilRetour au sport