Ramos sort du silence... et tacle à tout-va!

Chris Geiger

6.6.2018

Désigné coupable de la blessure de Salah en finale de la Ligue des champions par une partie de la sphère footballistique, le défenseur espagnol a répondu à la polémique hier. De manière rugueuse, évidemment!

La blessure contractée par Mohamed Salah avec Liverpool en finale de la Ligue des champions face au Real Madrid a créé la polémique, avec pour cible Sergio Ramos (photo). Comme sur le terrain, le défenseur espagnol a botté en touche les attaques adverses.
Keystone

Dès le coup de sifflet final, les fans de Liverpool - mais pas seulement - avaient trouvé la victime idéale pour expliquer la défaite de leur club en finale de la Ligue des champions face au Real Madrid (1-3): Sergio Ramos.

Car la passe de lutte entre le capitaine madrilène et la star des Reds, Mohamed Salah, avait fait couler beaucoup d'encre! L'Egyptien ne s'en était jamais relevé et Liverpool voyait alors son rêve de remporter une sixième C1 s'envoler. 

Comme si cela ne suffisait pas, une nouvelle bombe a explosé lundi soir: le défenseur espagnol se serait fait l'auteur d'un coup de coude sur Loris Karius durant la finale, provoquant alors une commotion cérébrale chez le dernier rempart allemand. Des révélations surprenantes qui expliqueraient les deux bourdes monumentales de Karius.

Mais ce nouveau scoop a surtout eu comme principal effet de faire sortir Sergio Ramos de ses gonds, hier, lors de la conférence de presse de la sélection espagnole.

"Purée, ils ont tellement parlé du sujet Salah... Je ne voulais pas parler, parce que tout s’exagère après. En regardant bien les images, il m’attrape d’abord le bras et moi je tombe, d’ailleurs il se blesse l’autre bras mais les gens disent que je fais une prise de judo... Après, le gardien dit qu’il avait eu une commotion après un choc avec moi, il ne manque plus que Firmino dise qu’il était enrhumé parce qu’une goutte de ma transpiration lui est tombée dessus."

Rugeux sur le terrain, le défenseur central s'est donc également montré agressif - dans le bon sens du terme, bien sûr - devant les journalistes. Tout en prenant soin de glisser à la presse avoir pris des nouvelles de Salah.

"J’ai parlé avec Salah par message et il était plutôt bien. S’il s’était fait faire des infiltrations, il aurait pu jouer la deuxième période, moi je l’ai déjà fait, ce n’est pas si grave que ça. On dirait que quand c’est Ramos qui fait quelque chose, c’est tout de suite plus grave. Je ne sais pas si, quand tu es au Real Madrid et que tu gagnes tant, les gens te regardent d’une façon différente."

Et comme l'emblématique capitaine madrilène n'entend pas s'arrêter de gagner, ses adversaires feraient mieux de se méfier. A commencer par son coéquipier à la Maison Blanche, Cristiano Ronaldo, que Ramos rencontrera le 15 juin à l'occasion du choc Espagne-Portugal.

Retour à la page d'accueil