Hüppi: "Personne ne peut se permettre de jouer à huis clos"

ATS

5.6.2020 - 13:21

«Nous demeurons des outsiders par rapport aux Young Boys et au FC Bâle !» Dans une interview accordée à Keystone-ATS, le président du FC Saint-Gall Matthias Hüppi rappelle une évidence.

Mais le dirigeant issu du monde de la télévision reconnaît que la place de leader occupée par son club n'est pas uniquement le fruit du hasard.

Matthias Hüppi: "Nous demeurons des outsiders par rapport à YB et à Bâle."
Source: Keystone

Matthias Hüppi, la pandémie du coronavirus a plongé bien des clubs dans des situations difficiles. Qu'en est-il pour le FC Saint-Gall ?

«Nous devons attendre de boucler les comptes avant de mesurer les conséquences de cette pandémie. Fort heureusement, notre situation financière s'est considérablement améliorée depuis deux ans. Nous cherchons à acquérir une certaine stabilité non seulement sur le plan sportif mais aussi sur le plan financier. Mais avec cette pandémie, notre tâche se complique considérablement»

Combien de temps le FC Saint-Gall pourra-t-il se permettre de jouer à huis clos ?

«Personne ne peut se permettre de jouer à huis clos. Les recettes générées par l'affluence au stade sont irremplaçables. Nous avons vendu cette saison 8000 abonnements et nous aurions pu, d'ici la fin de la saison, jouer un, deux ou peut-être trois matches à huis clos. Par ailleurs, nous avons des devoirs envers nos partenaires que nous n'avons pas été en mesure de remplir. Et puis il ne faut pas oublier combien le soutien du public peut compter pour nos joueurs. Mais jouer à huis clos était l'unique alternative pour que la saison reprenne.»

Que pensez-vous de la démarche de Christian Constantin qui a saisi la justice pour annuler cette reprise ?

«Je ne ferai aucun commentaire. Je rappelle le résultat du vote de l'Assemblée extraordinaire de vendredi dernier: 17 clubs pour la reprise, deux contre. Il est sans appel.»

Le prêt d'Ermedin Demirovic qui appartient à Alaves se termine au 30 juin. Sera-t-il toujours avec vous en juillet ?

«Nous allons trouver une solution pour qu'Ermedin puisse rester. Je suis très optimiste. Non seulement pour Ermedin mais aussi pour les autres joueurs en prêt. Les discussions prennent du temps mais elles vont aboutir.»

La reprise de la Bundesliga démontre que le huis clos pénalise les équipes qui évoluent à domicile. Et que les équipes en forme avant l'arrêt du championnat le sont toujours. Que vous inspirent ces enseignements avant de renouer avec le championnat ?

«Je souhaite bien sûr que ce qui vaut pour la Bundesliga vaut également pour la Super League. Le leader aujourd'hui est bien le FC Saint-Gall, non ? Mais la route est encore longue. Nous avons encore 13 matches à jouer. Nous demeurons des outsiders par rapport aux Young Boys et au FC Bâle ! Notre objectif est de nous immiscer le plus longtemps possible dans la lutte pour le titre et de conserver notre place sur le podium. Il faut espérer que cette lutte pour le titre soit la plus disputée possible pour oublier le fait que l'on joue à huis clos. Jouer sans public des matches sans grand enjeu ne sera pas vraiment quelque chose de gratifiant.»

Comment expliquez-vous le «miracle» saint-gallois qui était en passe d'enthousiasmer tout le pays avant l'arrêt du championnat ?

«Depuis deux ans et demi, nous nous efforçons de ne pas dépenser l'argent que nous ne gagnons pas. Nous sommes ainsi parvenu à gommer tout déficit structurel. Cette gestion nous sert grandement aujourd'hui dans la mesure où je remarque un immense élan de solidarité autour du club. Beaucoup de sponsors, dont les plus importants, ont déjà prolongé leur contrat. Personne n'est encore descendu du train. Et, surtout, nous avons déjà vendu 6000 abonnements pour la saison 2020/2021. Et aucun fan n'a demandé un remboursement pour les matches qu'il ne pourra pas voir cette saison en raison du huis clos. Oui vraiment, ce qui se passe à Saint-Gall est extraordinaire.»

ATS

Retour à la page d'accueilRetour au sport