Super League

Thoune dauphin d'YB: faut-il s'inquiéter, docteur?

Chris Geiger

24.9.2018

Après les années de règne bâlois, voilà la domination sans partage d'YB! Après sept journées, les joueurs de la capitale possèdent déjà dix points d'avance sur leur dauphin, Thoune. Les deux formations bernoises sont d'ailleurs les seules équipes à afficher une différence de buts positive. Un triste constat.

Les Young Boys marchent actuellement sur la Super League.
Keystone

La 7e journée de Super League a marqué un premier tournant dans cette saison 2018/2019. Le carton des Young Boys sur le FC Bâle (7-1), dans ce qui devait être le choc au sommet, a permis aux Bernois de prendre la bagatelle de 10 points d'avance sur leur dauphin, le FC Thoune.

Si le club de la capitale signe un début de saison parfait sur le plan comptable (7 matches, 7 victoires, 21 points), les Oberlandais se retrouvent deuxièmes un peu par hasard. Car, en temps normal, récolter 11 unités en sept rencontres (1,57 point par match) ne devrait pas propulser les hommes de Marc Schneider sur le podium. A titre de comparaison, le deuxième de Challenge League - le Lausanne-Sport - comptabilise 15 unités (2,14 points par match).

Autre constat curieux - voire inquiétant -, seules les deux formations bernoises affichent, après sept matches, un goal-average positif: +21 pour YB, +6 pour Thoune. Troisième au classement, Saint-Gall limite la casse avec une différence de buts neutre, alors que les sept autres clubs sont en négatif. La palme revient à la lanterne rouge Neuchâtel Xamax (-11). Logique sachant que les hommes de Michel Decastel ont encaissé 19 buts lors des cinq derniers matches...

Screenshot www.sfl.ch

Si Young Boys ne laissent que des miettes à ses adversaires - en témoignent ses sept premières rencontres (voir ci-dessous) -, l'autre explication à de si médiocres "plus/minus" se situe au niveau du manque de hiérarchie qui frappe l'actuel championnat de Suisse. Davantage encore cette année avec la triste mine qu'affiche le FC Bâle.

Les neufs autres clubs "se bouffent" ainsi entre eux chaque week-end. YB s'en frotte les mains sur le plan national, mais le faible niveau du championnat suisse ne sert pas les intérêts bernois en Ligue des champions.

Screenshot www.sfl.ch
Retour à la page d'accueil