Athlétisme

Encore un cas de dopage au Kenya

ATS

10.10.2018

Le marathonien kényan Samuel Kalalei a été suspendu quatre ans à la suite d'un contrôle positif à l'EPO, a annoncé l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU).

Samuel Kalalei a été testé positif à l'EPO à l'issue du marathon de Rotterdam.
Samuel Kalalei a été testé positif à l'EPO à l'issue du marathon de Rotterdam.
Getty Images

Samuel Kalalei, âgé de 23 ans, a été testé positif à l'EPO à l'issue du marathon de Rotterdam en avril dernier, qu'il avait terminé à la 7e place en 2h10'44, son record personnel.

Kalalei, vainqueur du marathon d'Athènes en novembre 2017, était déjà suspendu provisoirement depuis le 4 juin et la notification de son contrôle positif. De nombreux athlètes kényans ont été suspendus pour dopage ces dernières années, notamment la championne olympique de marathon de Rio 2016 Jemima Sumgong.

Le pays d'Afrique de l'est fait face à un "problème grave" de dopage, a estimé en septembre dans un rapport l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui a toutefois conclu qu'il n'existait aucune preuve de l'existence d'un dopage "institutionnalisé" au Kenya.

L'AIU, organe indépendant chargé des questions d'intégrité et de dopage en athlétisme, a été mis en place en avril 2017 à la suite des scandales de dopage et de corruption ayant touché l'athlétisme mondial.

Retour à la page d'accueil