Jordan et la drogue: "J’étais tout aussi coupable qu’eux"

Teleclub NL

27.4.2020

Michael Jordan est revenu, dans le documentaire "The Last Dance", sur l'une des périodes sombres de la NBA. La star américaine du basketball a, en effet, raconté sa rencontre avec le fléau de la drogue au travers d'une anecdote. 

Disponible depuis le 19 avril dernier sur Netflix, la mini-série intitulée "The Last Dance" retrace les glorieuses années des Chicago Bulls entre 1991 et 1998 et de leurs six titres nationaux en NBA. Un documentaire dans lequel la star Michael Jordan - joueur de la franchise de l'Illinois entre 1984 et 1998 - tient également un rôle prépondérant.

Mais avant leurs années folles et l'arrivée de "Air Jordan", les Bulls étaient perçus comme une équipe "médiocre", telle qu'elle est qualifiée dans le reportage. De plus, ses joueurs étaient également tombés dans l'un des plus grands fléaux de la NBA entre les années 70 et 80: la drogue. 

"Il y avait des lignes de cocaïne, de la marijuana, des filles"

Une période sombre que l'ancien basketteur de 57 ans a aussi connue à ses débuts et qu'il a raconté au travers d'une anecdote qu'il a vécu. "Cette année-là (ndlr: en 1984), mes coéquipiers faisaient des choses que je ne voyais pas", a commencé par expliquer Jordan dans le premier épisode de "The Last Chance".

"Un soir de pré-saison, nous étions à Peoria (dans l’Illinois). J’étais dans l’hôtel à la recherche de mes coéquipiers, donc j’ai commencé à taper sur toutes les portes. Et je suis tombé sur une porte en particulier. Dès que j’ai frappé, j’ai entendu: 'Chut. Il y a quelqu’un.' Puis après quelques secondes, j’entends cette grosse voix demander: 'Qui est là?' J’ai répondu 'MJ', et ils ont dit: 'Ah, bon, c’est juste un rookie, on a rien a craindre'", a-t-il continué.

"Ils ont ouvert la porte, j’entre, quasiment toute l’équipe est là, et j’ai vu des choses que je n’avais jamais vues dans ma vie de jeune adulte. Il y avait des lignes de cocaïne, de la marijuana, des filles", a alors révélé le numéro trois de la Draft de 1984.

"Je voulais juste me reposer et aller jouer"

En découvrant cela, Jordan avait été choqué à l'époque. "La première chose que j’ai dit, c’est: 'Ecoutez les gars, je me tire'. La seule chose à laquelle j’ai pensé, c’est que si la police arrivait à ce moment précis, j’étais tout aussi coupable qu’eux. Et à partir de ce moment dans ma saison, j’étais plus ou moins seul", a-t-il lâché.

Pour sa part, celui qui est entré au Hall of Fame de la NBA en 2009 a toujours assuré être resté "clean", comme l'ont notamment répété ses anciens coéquipiers. "Je ne fume pas, je me drogue pas, je ne buvais pas à cette époque-là. Je voulais juste me reposer, me lever et aller jouer", a fini par ajouter le natif de Brooklyn.

Même s'il préfère en rire aujourd'hui, qui sait ce que serait la carrière de Michael Jordan si ce dernier, sans son éthique et sa soif d'apprendre, était tombé dans la spirale infernale des stupéfiants...

Retour à la page d'accueilRetour au sport