Nouveau podium pour Steve Guerdat à Palexpo 

ATS

9.12.2018

Vainqueur pour la deuxième fois de la finale du Top 10 vendredi, Steve Guerdat a échoué dans sa quête d'un quatrième succès dans le Grand Prix du CHI de Genève.

Steve Guerdat et sa jument Bianca ont terminé au 2e rang à 0''45 de Marcus Ehning.
Keystone

Mais de très peu: le Jurassien et sa jument Bianca ont terminé au 2e rang à 0''45 du vainqueur, l'Allemand Marcus Ehning, à l'issue d'un barrage auquel onze cavaliers ont pris part.

"J'ai presque envie de vous demander pardon. J'aurais tant voulu vous offrir la victoire", a lâché Steve Guerdat - qui avait déjà remporté ce Grand Prix en 2006 (sur sa jument de coeur Jalisca Solier), 2013 et 2015 (les deux fois avec Nino des Buissonnets) - en s'adressant à un public genevois comme toujours acquis à sa cause. "Mais ce fut un CHI extraordinaire, avec des chevaux fantastiques", a poursuivi le médaillé de bronze des récents Jeux équestres mondiaux, qui avait triomphé en selle de son hongre Alamo vendredi. Et qui pourrait redevenir no 1 mondial dès le mois de janvier.

Marcus Ehning et Pret A Tout furent le deuxième couple à signer un sans faute dans le barrage. L'Allemand de 44 ans a réussi un chrono que personne n'allait battre, avalant les huit obstacles en 38''41 pour mettre la pression sur ses rivaux parmi lesquels Steve Guerdat. Le champion olympique par équipe de Sydney 2000 fête donc sa deuxième victoire de l'année dans l'un des quatre Grands Prix estampillés Grand Chelem, après son succès d'Aix-la-Chapelle en juillet. Cela lui vaut un bonus de 250'000 euros, qui s'ajoute aux 400'000 francs promis au gagnant de cette épreuve dominicale.

Steve Guerdat - qui touche quant à lui un chèque de 240'000 francs pour sa 2e place - n'a rien à se reprocher. "Marcus a fait un barrage extraordinaire. Je savais qu'il serait difficile à battre. J'ai tout tenté. Mais je n'ai rien fait de suffisamment fou dans ce barrage pour espérer aller plus vite. Bianca ne pouvait pas faire mieux. Elle saute toujours très haut, ce qui m'a fait perdre de précieux centièmes", a concédé en conférence de presse le champion olympique 2012, qui a coupé la ligne en 38''86.

"C'est dur de manquer de si peu une victoire en Grand Chelem. A Genève, les victoires sont toujours plus belles, et les échecs d'autant plus dures à encaisser. Mais je n'aurais pas pu en demander beaucoup plus ce week-end", a encore souligné le Jurassien, qui avait frisé la correctionnnelle en début d'après-midi: il a bouclé le premier parcours de ce Grand Prix en 74''90, soit un dixième de seconde en dessous de la limite autorisée! Et le jury avait décidé au dernier moment d'augmenter le temps accordé aux cavaliers, qui était initialement de 74''...

Fuchs 14e

Martin Fuchs a en revanche vu ses rêves de victoire s'envoler bien plus rapidement. Le vice-champion du monde, qui montait son crack Clooney, a fait tomber une perche dès le deuxième des quatorze obstacles que comportait le premier parcours. Le Zurichois, 14e de ce Grand Prix, n'a donc pas obtenu les résultats espérés à Palexpo, lui qui avait pris la 5e place de la finale du Top 10 vendredi soir. Champion de Suisse en titre, le grand espoir neuchâtelois Bryan Balsiger (21 ans) a par ailleurs terminé 26e de ce Grand Prix sur Clouzot de Lassus, après avoir commis deux fautes.

Retour à la page d'accueilRetour au sport