Tudor Pro Cycling

Un nouveau dirigeant de renom débarque

ats

15.12.2022 - 10:55

La nouvelle équipe Tudor Pro Cycling a prospecté de nombreux horizons pour monter sa formation ProTeam. Les connaissances de Fabian Cancellara lui ont permis de mettre la main sur un chef du sport reconnu dans le milieu: le Portugais Ricardo Scheidecker.

Fabian Cancellara la mis la main sur un chef du sport reconnu.
Fabian Cancellara la mis la main sur un chef du sport reconnu.
KEYSTONE

ats

15.12.2022 - 10:55

L'homme, qui cherche à être discret comme il l'a dit à Keystone-ATS, possède un grand CV dans le monde du cyclisme. Il vient de passer les cinq dernières années comme directeur technique et du développement dans la prestigieuse équipe Quick-Step Alphavinyl. Il a donc dirigé des coureurs de l'acabit de Remco Evenepoel, le champion du monde, Julian Alaphilippe ou Fabio Jacobsen. Il avait été l'un des artisans de la mise en place de l'esprit «meute de loups» ("wolfpack") qui a caractérisé la façon de courir des hommes aux maillots bleus.

«Je crois que je ne pouvais pas apporter beaucoup plus à l'équipe Quick-Step. Je tiens à remercier Patrick Lefèvère (réd: le grand patron de l'équipe belge) de m'avoir offert cette expérience exceptionnelle», relève Scheidecker quand on lui demande les raisons de son départ d'une des plus grandes structures du WorldTour. Son rapport d'amitié avec Cancellara, le président de l'équipe Tudor, a sans doute pesé dans cette décision prise tardivement début octobre.

Le Portugais, qui également travaillé avec Bjarne Riis, a aussi passé trois années de sa vie en Suisse. Il a travaillé pendant trois ans à l'UCI à Aigle en étant domicilié à Bex. «Je connais un peu la Suisse romande», s'amuse-t-il. Après avoir goûté le caviar du ProTour, il se retrouve un peu avec le pâté de grive au deuxième échelon avec une équipe du ProTeam. Un team qui s'est monté sans lui puisque Cancellara et son staff sont en chasse depuis le mois d'avril pour poser les fondations d'une nouvelle structure sans doute appelée un jour à évoluer au plus haut niveau.

«L'ambition, c'est de monter»

«J'ai trouvé tentant l'important défi de l'équipe Tudor. Je veux l'aider à dessiner son chemin qui doit l'amener au sommet. L'ambition d'une équipe ProTeam, c'est de monter un jour à l'étage supérieur du WorldTour», souligne Scheidecker.

Le Portugais se retrouve à la tête de la gestion sportive d'un peloton de vingt coureurs. «Je connais les coureurs, certains un peu plus, d'autres un peu moins. C'est un groupe très intéressant pour évoluer en deuxième division. On a la jeunesse, mais aussi l'expérience.» Il va falloir faire évoluer ensemble des coureurs qui viennent de nombreux horizons différents. «Il faudra trouver la bonne synergie, c'est mon boulot. Cela prendra le temps nécessaire. Un an, six mois, on ne sait pas.»

Chez Quick-Step, quand il fallait désigner un leader, il y avait l'embarras du choix. La situation n'est pas tout à fait la même chez Tudor. «Je pense que nous avons aussi des leaders comme le Danois Alexander Kamp (ex-Trek, double champion national sur route) ou Sébastien Reichenbach. Ils ont déjà donné des preuves. Nous avons plusieurs jeunes avec un gros potentiel que nous allons chercher à faire grandir.»

Au Tour d'Algarve

Le potentiel de tous les coureurs a été estimé. Scheidecker va travailler avec son entraîneur l'Allemand Sebastian Deckert (ex-DSM) et le chef des directeurs sportifs, le Français Sylvain Blanquefort, ainsi qu'avec Boris Zimine, le responsable de l'équipe Tudor M23. «Je suis très démocratique. Je crois à la puissance de l'intelligence humaine.»

Scheidecker se rendra sur les courses. Comme il le rappelle, il faisait la reconnaissance des étapes du Tour de France chez Quick-Step juste avant le passage des coureurs pour donner le plus d'informations possible. «S'il faut aller donner des bidons au bord de la route, pas de problème», lâche-t-il.

Ces bonnes relations avec le cyclisme portugais lui ont permis d'inscrire l'équipe pour le Tour d'Algarve à mi-février. L'équipe Tudor ne disputera pas de grand Tour cette année, mais cherchera à s'aguerrir dans des courses moins importantes. Elle devrait toutefois s'aligner dans des épreuves du WorldTour, à commencer par le Tour de Romandie et le Tour de Suisse.

ats