Dante

«C'est trop facile de cibler Lucien Favre»

AFP

1.10.2022

«Avoir le soutien d'un joueur est important, avoir celui de Dante est encore mieux.» Lucien Favre, dont la trêve a été compliquée par des rumeurs de limogeage, sait que les paroles de son capitaine comptent. Mais son niveau de jeu le sera tout autant, samedi à Paris (21h).

Lucien Favre peut compter sur le soutien de son capitaine Dante à Nice.
Lucien Favre peut compter sur le soutien de son capitaine Dante à Nice.
Getty

AFP

1.10.2022

Dante sera le capitaine de Nice au Parc des Princes. Lui qui fêtera ses 39 ans le 18 octobre, a disputé les 12 matches de son club cette saison. Au Gym, il est bien le taulier.

«Il a toute l'expérience, souligne son coéquipier Mario Lemina. Il sait. Et devrait même toujours se présenter en interview.» Dante connaît si bien la vie d'un vestiaire et d'une équipe de football professionnelle qu'il se rate peu souvent dans sa communication interne, comme externe.

Après la défaite contre Angers (0-1), la dernière journée avant la trêve, il a longtemps débriefé la situation de crise sportive avec Lemina. Puis, devant les micros, il a effectué un constat sec. Mais surtout soutenu son entraîneur Lucien Favre, déjà dans la tourmente.

«On remet toujours tout en question aujourd'hui, a-t-il lancé. Après huit matches, on parle du coach. Pourquoi on ne remet pas les joueurs en cause? Pourquoi pas Dante? Il faut remettre en question les performances. Pour les plus vieux, dès qu'ils ont moins bien, on dit que c'est l'année de trop. Il faut bien juger, avoir du caractère. Je suis le premier à avoir de la personnalité et du caractère pour remonter l'équipe.»

Favre : «Un super joueur»

«Mais il faut laisser le coach de côté, a-t-il enchaîné. C'est trop facile de le cibler. Si la direction le cible, c'est que le projet n'est pas stable. Quand tu donnes ta confiance à un entraîneur, tu la lui donnes. Quand tu lui donnes l'équipe 24 heures avant la fin du mercato, tu es moins crédible pour te poser des questions sur ses qualités.»

En quelques mots, le Brésilien, qui a aussi regretté l'absence d'un directeur sportif «pour soutenir le coach» et «le décharger de certaines choses», avait déjà donné son avis (et celui de la majorité du vestiaire) sur les soubresauts qui allaient agiter la trêve niçoise.

Deux semaines plus tard, Favre est toujours en poste. Les mots de Dante ont certainement pesé dans les réflexions des décideurs niçois, dont Dave Brailsford, le directeur sports d'Ineos, actionnaire majoritaire du club. D'ailleurs, après une longue réunion avec Favre mercredi 21 septembre dernier, le Gallois a, dès le lendemain, réunit staff et joueurs pour lui réaffirmer son soutien.

L'entraîneur suisse n'est pas dupe. Son équipe, 13e du championnat, ne possède que huit points en huit matches, et n'a inscrit que cinq buts: sa situation est instable.

Mais les joueurs importants sont avec lui, Dante en tête. «Avoir le soutien d'un joueur est important, avoir celui de Dante, c'est encore mieux, souligne Favre. Il a un certain âge, beaucoup d'expérience. C'est un super joueur. Il faut toujours des leaders. Quelques autres commencent à se montrer. Mais Dante est magnifique.»

«Montrer sur le terrain»

Malgré son statut l'ex-défenseur du Bayern n'a aucun passe-droit. Pour Favre, «un leader doit d'abord montrer de quoi il est capable sur le terrain». Or si avec Jean-Clair Todibo, il forme une charnière solide en L1, Todibo sera suspendu à Paris.

Déjà suspendu contre Marseille, l'ex-Barcelonais avait été remplacé par l'international espoir italien Mattia Viti. Nice avait pris l'eau à domicile (0-3). Contre Angers, Lemina avait reculé d'un cran. Viti était resté sur le banc.

Cette fois-ci, Favre envisage de reformer une défense à trois, comme à Lille (2-1). Dante serait alors entouré de Viti et du Danois Mads Bech Sorensen, prêté par Brentford, voire du très jeune Antoine Mendy. Une fois encore, le Brésilien devra montrer son leadership et son niveau.

Pour que Nice ne plonge pas devant l'armada parisienne, Dante devra, après avoir été son soutien, impérativement être le défenseur intraitable de Favre.